Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-392. Linguistique2.1. Langues anciennesJuanjo Ferrer-Losilla. Final -y i...

15
Juanjo Ferrer-Losilla

Juanjo Ferrer-Losilla. Final -y in Non-Manichaean Parthian and the Proto-Parthian ‘Rhytmic Law’

Compte-rendu réalisé par Agnes Korn
Référence(s) :

Juanjo Ferrer-Losilla. Final -y in Non-Manichaean Parthian and the Proto-Parthian ‘Rhytmic Law’. Paris : Association pour l’Avancement des études iraniennes, 2014, 108p. (Cahiers de Studia Iranica 52)

Texte intégral

1Déjà par son titre, le présent ouvrage s’annonce comme étant un parallèle au travail effectué par Philip Huyse sur le moyen-perse (Le y final dans les inscriptions moyen-perses et la ‘loi rythmique’ proto-moyen-perse, Paris, 2003, Cahiers de Studia Iranica 29 http://www.peeters-leuven.be/​boekoverz.asp?nr=7610), tous les deux s’intéressant à la question de l’origine de la lettre « yod » au final de certains mots en moyen-perse et parthe épigraphiques, ainsi qu’à la distribution de ce yod dans les deux langues moyens-iraniennes occidentales. Le sujet a suscité une vive discussion tout au long de l’histoire de la linguistique iranienne, mais les recherches se sont pour la plupart concentrées sur le moyen-perse dont la documentation est plus riche et l’interprétation duquel profite en outre de l’existence d’une langue dont il provient (le vieux-perse) et d’une langue moderne (le persan) qui dérive d’un dialecte moyen-perse, tandis qu’une telle situation n’est pas le cas pour le parthe.

2Pour le moyen-perse, Huyse 2003 avait conclu qu’un yod était suffixé à des mots monosyllabiques ainsi qu’à des mots polysyllabiques dont la syllabe finale est légère (il n’y a donc pas de yod final après des mots polysyllabiques à finale lourde), mais que la distribution en parthe ne semblait pas être la même. S’appuyant sur l’approche d’Huyse, l’A. a entrepris la collecte et la classification des mots parthes épigraphiques selon leur nombre de syllabes et le poids de celles-ci, et retrace le développement de la flexion nominale parthe pour expliquer la distribution du yod final.

3Contrairement au moyen-perse, il n’y a pas de yod final ajouté à des formes verbales parthes (exception faite de la désinence optative ‑ēndē). Aussi contrairement au moyen-perse, seuls les noms monosyllabiques légers prennent un yod final, à quelques exceptions près (p. 41). Quant aux polysyllabiques, ceux ayant une syllabe finale lourde n’affichent pas de yod, alors que ceux à finale légère l’ont en général (p. 57f., 63). L’A. avance aussi des explications pour les cas qui ne se plient pas à cette distribution.

4Tous ceux qui s’intéressent à l’épigraphie parthe et à la grammaire historique de cette langue tireront profit du présent ouvrage, qui a aussi le mérite de bien signaler les cas pour lesquels on n’a pas encore trouvé d’explication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnes Korn. Juanjo Ferrer-Losilla, « Juanjo Ferrer-Losilla. Final -y in Non-Manichaean Parthian and the Proto-Parthian ‘Rhytmic Law’ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 15, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/47374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.47374

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search