Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 255. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneS. Blair, M. Milwright. « Gereh-S...

5. Art et Archéologie. Période Musulmane
5.1. Monde iranophone
203

S. Blair, M. Milwright. « Gereh-Sazi ». EIr, vol. XI/2, pp. 500- 504.

Monik Kervran

Entrées d’index

Rubriques :

5.1. Monde iranophone
Haut de page

Texte intégral

11/ Dans l’art du bois. Il s’agit d’un treillage en forme d’hexagone, d’étoile ou de tout autre schéma géométrique laissé en claire-voie ou dans les intervalles duquel on insert des éléments de bois, de verre coloré ou de tout autre matériau. Ce procédé décoratif, employé principalement dans les balustrades, les minbars ou les écrans de fenêtre de type « claustra », est attesté au 14e s., son origine étant probablement plus ancienne mais ses premières applications dans le bois ayant disparu. L’un des plus anciens exemples conservés en est le minbar de Nā’īn daté de 711/1311 et réalisé par un artiste de Kermān. Parmi les applications du motif étoiles et polygones, S. Blair cite encore le minbar de la mosquée de Sūrīan (Fārs) exposé au musée de Téhéran. Les périodes safavide et qajar ont largement utilisé ce type de décor en fenêtres, grilles, panneaux et plafonds (S. Blair).

22/ Dans l’architecture. La plus ancienne référence au gereh-sāzī se trouve dans l’introduction de l’Album de Amīr Gayb Geg écrit en 972/1564-5 par Mīr Sayyed Aḥmad, cette désignation apparaissant plus tard comme l’équivalent de kār-band et rasmī-band. Des manuels de géométrie pratique semblent avoir guidé les artistes pour la construction de tels décors, certains datant du 4e/19e et 5e-7e/11e-13e siècles. C’est en effet dès ces hautes époques qu’apparaissent dans le décor architectural ces compositions géométriques dont les lignes sont d’abord et principalement verticales et horizontales, les motifs curvilignes y étant plus rares. Basées sur le principe de deux, trois, quatre ou six rotations symétriques de segments identiques, de telles compositions pouvaient s’étendre à l’infini sur les surfaces à décorer.

3La répétition d’éléments géométriques ou végétaux existait dans l’art sassanide mais les véritables antécédents des gereh-sāzī ou treillis d’entrelacs curvilinéaires sont à rechercher, selon Creswell, dans les décors romano-byzantins de Syrie. Les plus anciennes applications de l’époque islamique se trouvent aux claustra des fenêtres de la Grande mosquée de Damas ou le palais de Kherbat al-Mafjar. Bagdad serait le relais de diffusion de ces types de décor dans l’Iran oriental (M. Milwright).

4 Cette vision traditionnelle des historiens européens de l’art musulman pourrait être remise en question par la meilleure connaissance que nous avons aujourd’hui du décor architectural islamique d’Orient et des apports turcs et mongols qui l’ont nourri, sans oublier de possibles influences indiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monik Kervran, « S. Blair, M. Milwright. « Gereh-Sazi ». EIr, vol. XI/2, pp. 500- 504. »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 203, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.4756

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search