Navigation – Plan du site
6
Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri et Emad Matin

Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. “The Monumental Gate at Tol-e Ajori, Persepolis (Fars): New Archaeological Data. Two New Fragments of Cuneiform Inscriptions on Glazed Bricks from the Iranian-Italian Excavations at Tol-e Ajori (Fars)”

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. “The Monumental Gate at Tol-e Ajori, Persepolis (Fars): New Archaeological Data. Two New Fragments of Cuneiform Inscriptions on Glazed Bricks from the Iranian-Italian Excavations at Tol-e Ajori (Fars)”, Iranica Antiqua 52, 2017, p. 205-258

Texte intégral

1Ce rapport de la 5e campagne de fouilles sur cette porte monumentale fait suite aux rapports parus dans Arta 2013.006 puis AMIT 46. Le plan général du monument peut maintenant être restauré, un rectangle mesurant environ 40 x 30 m, les passages étant sur le grand axe. Les murs, épais de plus de 10m, ne ménagent qu’une salle centrale de 10,36 x 8 m, confirmant que ce plan est très différent de celui des portes monumentales de Pasargades, Persépolis et Suse et qu’il faut le rapprocher de celui de la Porte d’Ishtar à Babylone, rapprochement encore plus évident par le décor de briques à glaçure qui se complète notablement.

2En se fondant sur ces éléments, les fouilleurs maintiennent une date de construction entre 539 et 518, qu’ils dénomment Early Achaemenid Period, comme pour d’autres constructions du secteur de Firuzi au nord-ouest de la terrasse de Persépolis. La tentative de reconnaître un mur (d’enceinte) de part et d’autre de la Porte, comme à Babylone, reste sans résultat probant ce qui en ferait une Porte isolée, un passage symbolique, comme les portes des autres grands sites achéménides. L’étude des environs de la Porte est encore préliminaire, mais démontre au moins une relation avec le site central de Firuzi 5 qui comporte dans l’axe de la porte une construction d’égales dimensions à celle-ci dans une enceinte délimitée par un fossé et peut-être un mur. Malgré les destructions et le nivellement de la plaine à l’époque médiévale et à l’époque contemporaine, l’étude de tout le secteur est certainement prometteuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri et Emad Matin, « Alireza Askari Chaverdi, Pierfrancesco Callieri, Emad Matin. “The Monumental Gate at Tol-e Ajori, Persepolis (Fars): New Archaeological Data. Two New Fragments of Cuneiform Inscriptions on Glazed Bricks from the Iranian-Italian Excavations at Tol-e Ajori (Fars)” », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 6, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/48132

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page