Navigation – Plan du site
32
Rüdiger Schmitt

Rüdiger Schmitt. „Die Rolle des Altpersischen im achaimenidischen Palästina“

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn
Référence(s) :

Rüdiger Schmitt. „Die Rolle des Altpersischen im achaimenidischen Palästina“ in Ulrich Hübner, Herbert Niehr (Hg.). Sprachen in Palästina im 2. und 1. Jahrtausend v. Chr. Kolloquium des Deutschen Vereins zur Erforschung Palästinas, 02.-04.11.2012, Mainz. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag, 2017, p. 321-342

Texte intégral

1Le passage de l’Empire néo-babylonien à l’Empire achéménide n’a linguistiquement pas apporté de gros changements, la langue officielle et administrative étant l’araméen. Le nombre de personnes maîtrisant le vieux-perse était restreint et le nombre d’objets marqués en vieux-perse par conséquent réduit. Un témoin est le fragment d’un vase en pierre, sur lequel est conservé le début d’une inscription en élamite et babylonien avec le nom d’Artaxerxès. Ce fragment semble provenir de Sepphoris en Galilée. D’autres témoins sont les noms propres iraniens que l’on retrouve dans les textes araméens de Palestine. L’A. en énumère une trentaine, moisson relativement pauvre en comparaison avec les textes araméens d’Egypte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Rüdiger Schmitt, « Rüdiger Schmitt. „Die Rolle des Altpersischen im achaimenidischen Palästina“ », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 32, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/48358

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page