Navigation – Plan du site
263
Moḥammad Ḥasan Abrīšamī

« Hūš va edrāk-e rostanī-hā ». Eṭṭelāāt-e elmī, 17e année, n° 1, (ābān 1381/oct. 2002), pp. 26-29. [L’intelligence et les perceptions des plantes]

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Texte intégral

1Après avoir évoqué quelques grands noms d’auteurs étrangers et leurs expériences sur l’intelligence des plantes, l’auteur nous fait remarquer d’étonnants procédés utilisés dans l’agriculture traditionnelle de l’Iran et décrits dans certains textes persans anciens ; ce qui montre que nombre de savants et observateurs iraniens ont été, depuis toujours, sensibles à la faculté perceptive de certaines plantes et l’ont utilisée afin de les sauvegarder, féconder et faire fructifier.

2Les notes d’auteur, riches de référence et d’informations, laissent la porte ouverte à d’autres chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Moḥammad Ḥasan Abrīšamī, « « Hūš va edrāk-e rostanī-hā ». Eṭṭelāāt-e elmī, 17e année, n° 1, (ābān 1381/oct. 2002), pp. 26-29. [L’intelligence et les perceptions des plantes] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 263, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/4949

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page