Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2511. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Anna Livia Beelaert. « The Saugan...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
280

Anna Livia Beelaert. « The Saugand-nama (or Qasamiya), a Genre in Classical Persian Poetry », in : M. Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 55-73. (Cahiers de Studia Iranica 26).

Marina Gaillard

Entrées d’index

noms/names :

Nezāmī

Personnes citées :

M. Szuppe
Haut de page

Texte intégral

1Le terme sowgand-nāme désigne à l’origine un poème consistant en une plus ou moins longue série de serments. Devenu générique, il s’applique aussi au genre littéraire qui se développa en Iran entre les 6e/12e et 10e/16e s. (qasamiya en arabe). Il est ainsi utilisé par Anvarī et dans les traités de littérature persane à partir de la première moitié de 6e/12e s. comme, par la suite, dans différentes sortes de textes. Bien que certains de ces poèmes aient parfois la forme de maṯnavīs (chez Neẓāmī par ex.), c’est aux qaṣīdes, plus nombreuses, que l’A. consacre son analyse, après avoir présenté brièvement quelques réflexions sur la place occupée par le serment dans la culture islamique et sur son aspect légal. Il s’agit là, pour le poète, de se disculper des accusations portées contre lui selon lesquelles il chercherait à se détacher de son patron, le mamdūḥ (litt. « le louangé »). L’A. souligne la difficulté de se dégager d’un tel patronage et l’image « of a claustrophobic, rather totalitarian world of the royal court » qui émerge des poèmes de la fin du 12e et du début du 13e s. De nombreux exemples viennent illustrer ce qui fait l’objet de ces serments, thèmes religieux ou profanes, voire plus légers ou obscènes (ces derniers en réponse à l’aimé(e) ou mis dans sa bouche, sans doute par mesure de prudence). La qualité littéraire de certains de ces poèmes, riches en métaphores et parfois énigmatiques, est ensuite appréciée. Deux d’entre eux en particulier sont examinés en détail, l’un de ⁽Urfī (16e s.), l’autre de Ḫāqānī (12e s.), point culminant du genre, et en partie encore très hermétique. Ces œuvres n’ayant pas fait jusqu’à présent l’objet d’études spécifiques, on trouvera dans cet article l’occasion d’aborder au cœur d’un genre dont l’intérêt sur le plan littéraire se double d’un intérêt non moindre sur le plan socio-historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard, « Anna Livia Beelaert. « The Saugand-nama (or Qasamiya), a Genre in Classical Persian Poetry », in : M. Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 55-73. (Cahiers de Studia Iranica 26). »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 280, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5019

Haut de page

Rédacteur

Marina Gaillard

CNRS – Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search