Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2511. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Dick Davis. Panthea’s Children : ...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.1. Littérature persane classique
282

Dick Davis. Panthea’s Children : Hellenistic Novels and Medieval Persian Romances. New York, Bibliotheca Persica Press, 2002, 113 p. (Biennial Yarshater Lecture Series n° 3).

Marina Gaillard

Texte intégral

1Partant de l’hypothèse selon laquelle des connexions ont pu s’établir entre les romans grecs de la période hellénistique et différentes œuvres persanes (certaines parties des premiers pouvant dériver de prototypes persans), l’ouvrage se consacre à relever les manifestations de cette interaction. La proximité territoriale des deux empires, malgré leur rivalité, la faculté d’intégration de l’oralité et la curiosité des conteurs de métier ont concouru à développer ces emprunts mutuels et ces échanges de motifs littéraires. Présentant d’abord divers exemples de ce partage des motifs (parmi lesquels celui du voile de Bībī Šahrbānū ou de sainte Thecla sur lequel se referme le rocher), D. Davis centre ensuite son étude sur l’histoire de Panthea, récit persan rapporté dans la Cyropaedia de Xénophon (4e s. av. J.-C.) et donc intégré par la littérature grecque bien avant l’époque parthe. La plupart des motifs qu’il contient se retrouvent dans les romans hellénistiques ultérieurs et sont également présents dans Varqe va Golšāh (⁽Ayyūqī), Vīs va Rāmīn (Gorgānī) et Vāmeq va Aḏrā (⁽Onṣorī), en quelque sorte « les enfants de Panthea ». L’analyse porte en particulier sur les moyens utilisés pour empêcher ou retarder le mariage de deux amants, sur l’enlèvement de la mariée et sur l’épreuve, ou ordalie, venant prouver l’innocence d’un personnage accusé à tort. L’A. pose parfois la question de l’origine de ces motifs, mais s’attache surtout à montrer leur circulation et l’esthétique, jusqu’à un certain point comparable, de ces œuvres grecques et persanes nourries d’éléments culturels communs. Le topos de l’enlèvement de la mariée est par exemple l’occasion de retracer le cheminement complexe d’un motif entre l’une et l’autre culture. On notera encore que la réflexion ne se limite pas à la poésie mais s’ouvre aussi sur la prose romanesque de l’Iran. Donnant des indices pour repérer les emprunts et offrant en fait un aperçu sur le travail même des conteurs, cette étude ne manquera pas d’intéresser l’analyste de la littérature persane classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard, « Dick Davis. Panthea’s Children : Hellenistic Novels and Medieval Persian Romances. New York, Bibliotheca Persica Press, 2002, 113 p. (Biennial Yarshater Lecture Series n° 3). »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 282, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5025

Haut de page

Rédacteur

Marina Gaillard

CNRS – Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search