Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-414. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVIe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et QâjârsThomas S. Flynn. The western Chri...

1
Thomas S. Flynn

Thomas S. Flynn. The western Christian presence in the Russias and qājār Persia, c. 1760- c. 1870

Compte-rendu réalisé par Alisa Shablovskaia
Référence(s) :

Thomas S. Flynn. The western Christian presence in the Russias and qājār Persia, c. 1760- c. 1870. Leiden, Boston (Masse.): Brill, 2017, 944 p.

Texte intégral

1Le christianisme apparaît sur le territoire de l’Iran actuel à l’époque des Parthes quand le rite syriaque oriental (chaldéen) commença à se répandre – le processus traditionnellement associé aux activités de prédication de Saint Thomas (m. 72). La liturgie araméenne étant établie à l’ère sassanide, au moment de la conquête musulmane de l’Empire iranien la foi chrétienne y était déjà largement présente. Durant la période médiévale, les activités missionnaires européennes connurent leur essor en Iran au XIIIe siècle et durant le XVIIe siècle certains missionnaires européens purent accéder à de prestigieux postes de conseillers dans la cour safavide. La fin du règne safavide (1736) et plusieurs décennies de luttes politiques tumultueuses qui s’en suivirent conduisirent à un déclin drastique de la présence missionnaire en Iran, celle-ci de nouveau tangible à partir des années 1750.

2Cet ouvrage encyclopédique de Flynn traite l’étape « moderne » de l’histoire missionnaire qui, dans le contexte iranien, correspond à la période entre la consolidation des élites qajar jusqu’à la modernisation massive de l’état qajar sous Naser al-Din Shah (r. 1848-96). Divisé en douze chapitres, le récit très détaillé de Flynn commence par une introduction assez généraliste, stipulant le caractère descriptif de l’ouvrage qui, selon son auteur, n’a pas pour vocation de proposer une problématique concrète, mais de fournir un aperçu dense et riche en données factuelles. Dans le cadre de cette approche énoncée, l’auteur procède ensuite à l’étude de la présence catholique et protestante en Iran et à Bagdad au tournant du XIXe siècle (Chapitres 2-3), se penche ensuite sur les activités missionnaires jésuites et protestants principalement en Empire russe (Chapitres 4-6), examine la mission presbytérienne américaine et la mission lazariste française à l’est de l’Iran (Chapitres 7-8) et finit son récit avec deux chapitres consacrés aux contacts des missionnaires européens avec les juifs iraniens (Chapitres 9-10). La variété des sources mises à contribution est impressionnante : l’auteur utilise des sources inédites conservées en Écosse, Belgique, Suisse, Angleterre, États-Unis, Italie, France, Vatican et Allemagne aussi bien dans les centres d’archives publiques que dans les collections privées. Outre les trajectoires personnelles des missionnaires et l’environnement périlleux des rencontres interculturelles, Flynn met en exergue les tensions à l’intérieur de leurs organisations, dues souvent aux besoins financiers et aux impératifs politiques, avec en filigrane l’histoire sociopolitique des sociétés d’accueil – notamment, la hausse de l’influence anglo-russe en Iran et la conquête tsariste du Caucase.

3Cependant, malgré de nombreux passages dédiés aux spécificités des sociétés d’accueil au fil du texte, la perspective historiographique de l’ouvrage peut être qualifiée d’eurocentrique : les ordres missionnaires chrétiens sont approchés comme les institutions essentiellement philanthropiques (p. 676) et la complexité des structures sociales des sociétés d’accueil n’apparaissent qu’au second plan. La moitié du récit étant située dans le contexte impérial russe, l’absence des sources et de la littérature secondaire en langue russe dans la bibliographie laisse le lecteur perplexe. Enfin, l’organisation de l’ouvrage est marquée par des chevauchements des aires géographiques non justifiés, la logique de l’association « Russie-Iran » n’étant pas claire.

4L’ouvrage de Flynn restera, indubitablement, pendant des décennies à venir un travail fondamental sur l’histoire missionnaire qui pourra être utile à tous les chercheurs en études russes et iraniennes, ainsi que pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du christianisme au Moyen-Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alisa Shablovskaia. Thomas S. Flynn, « Thomas S. Flynn. The western Christian presence in the Russias and qājār Persia, c. 1760- c. 1870 », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 1, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/50313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.50313

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search