Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-412. Linguistique2.0. GénéralitésAgnes Korn, Andrej Malchukov (eds...

2
Agnes Korn et Andrej Malchukov

Agnes Korn, Andrej Malchukov (eds.). Ditransitive constructions in a cross-linguistic perspective

Compte-rendu réalisé par Neige Rochant
Référence(s) :

Agnes Korn, Andrej Malchukov (eds.). Ditransitive constructions in a cross-linguistic perspective. Wiesbaden: Reichert, 2018, 228p., 3 cartes

Texte intégral

1Cet ouvrage regroupe des articles de différents auteurs issus d’une sélection d’exposés et de posters présentés lors l’atelier “Ditransitive constructions in a cross-linguistic perspective” du colloque Syntax of the World’s Languages VI (2014). Il contribue à la documentation des constructions ditransitives dans des langues rares ou peu décrites, tout en relevant des problèmes typologiques majeurs concernant ces constructions.

2La majorité des articles de cet ouvrage utilise le terme ‘construction ditransitive’ dans le sens qui lui a été attribué par la tradition typologique (cf. Studies in ditransitive constructions: a comparative handbook, éds. Andrej Malchukov, Martin Haspelmath, & Bernard Comrie 2010, Berlin, De Gruyter ; Martin Haspelmath 2015, “Ditransitive constructions”, Annual Review of Linguistics, 1:1, pp. 19-41), à savoir comme un cadre actanciel comprenant un agent (A), un récipiendaire (R) et un thème (T), dont les verbes signifiant ‘donner’ sont emblématiques. Un paramètre majeur de variation entre les constructions ditransitives dans les langues du monde est leur alignement, appelé alignement « ditransitif » et déterminé par le marquage du thème et du récipiendaire par rapport à celui du patient monotransitif. Ainsi, l’alignement ditransitif peut être « indirectif » (T = P vs R), « secondatif » (T vs P = R) ou neutre (T=P=R) (Haspelmath 2005; Malchukov et al. 2010). Les autres stratégies de marquage des arguments ditransitifs impliquent leur indexation et leur position. Ainsi que l’illustrent les articles de ce recueil, de nombreuses langues présentent au moins deux stratégies ditransitives concurrentes, ce qui pose le problème du choix d’une construction aux dépens d’une autre, dont l’anglais offre une illustration avec ses constructions I gave him the book (neutre) vs I gave the book to him (indirective).

3Si les constructions ditransitives sont au cœur de nombreuses recherches récentes, le présent ouvrage explore plusieurs des questions présentées par Haspelmath (2015) comme encore très actuelles. D’une part, il enrichit la typologie des constructions ditransitives en offrant une description de celles-ci dans des langues peu décrites, pour la plupart menacées (le tat, le mazandérani, le baloutchi, le mansi, ainsi que plusieurs langues du phylum Niger-Congo), mais aussi à travers un article typologique (Andrej Malchukov) détaillant les mécanismes possibles d’une construction indirective rare où le thème est marqué comme un possesseur. D’autre part, cet ouvrage fournit une idée des facteurs qui peuvent déterminer le choix d’une construction ditransitive plutôt qu’une autre dans une langue donnée: ils y sont décrits comme étant le plus souvent lexicaux (voir par exemple l’article de Silvia Luraghi & Chiara Zanchi pour le grec ancien) et pragmatiques, en relation avec la structure de l’information ou bien la saillance du thème et du récipiendaire (voir par exemple les articles de Paul Widmer pour le tocharien B, d’Elena Zheltova pour le latin, de Pegah Faghiri, Pollet Samvelian & Barbara Hemforth pour le persan, de Bernadett Bíró & Katalin Sipőcz pour le mansi, et d’Alexander Zheltov pour cinq langues Niger-Congo).

4La majorité des articles de cet ouvrage traite de langues iraniennes (le persan, le kurmandji, le tat, le mazandérani et le baloutchi), qui présentent une diversité remarquable de constructions ditransitives en conséquence de la faible distinction formelle entre les récipiendaires, les patients et les thèmes due à des systèmes casuels réduits et la présence de marquage différentiel de l’objet. Enfin, les méthodes utilisées par les auteurs de cet ouvrage sont diverses, puisque certains emploient des données de terrain, parfois élicitées, d’autres des corpus et des outils expérimentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Neige Rochant. Agnes Korn et Andrej Malchukov, « Agnes Korn, Andrej Malchukov (eds.). Ditransitive constructions in a cross-linguistic perspective », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 2, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/50496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.50496

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search