Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2511. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...« Toward a Revised Understanding ...

290
Deborah G. Tor

« Toward a Revised Understanding of the ‘Ayyar Phenomenon », in : M. Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 231-254. (Cahiers de Studia Iranica 26).

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Entrées d’index

Index by keyword :

⁽ayyārs

Auteurs mentionnés :

Maria Szuppe
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de l’article est la remise en question de l’image négative du ayyār « brigand » qui a prévalu dans la plupart des travaux de recherche jusqu’à une époque récente dans la mesure où le phénomène a d’abord été rencontré à travers les chroniques arabes issues du milieu des ulamā bagdadiens des 11e et 12e s. Quantité de notions différentes sont en effet liées à ce phénomène selon les époques et le ayyār est aussi donné, à partir du 10e s., comme un adepte de la futuwwa ou javānmardī. L’A. examine d’abord les définitions successives du terme dans les dictionnaires arabes (où il n’apparaît sous la forme ayyār qu’à partir du 4e/10e s.) et son évolution, de la démarche du lion à l’errance et à la liberté d’attitude, ces sens neutres ou positifs ne devenant négatifs qu’avec les événements de Bagdad au 11e s. Longtemps négligées, les sources persanes, tant historiques que littéraires, sont ensuite étudiées. Le terme y est parfois lié à des éléments religieux ou investi d’une charge idéologique très positive. Ainsi en est-il dans le roman en prose où les classes élevées peuvent alors se réclamer de la bravoure et de l’éthique du ayyār (dont l’origine sociale reste modeste, mais dont la présence auprès des grands a l’une de ses raisons dans le respect d’un principe de « noblesse de cœur » tenu pour estimable par toute une société). L’A. conclut sur le fait que les dissemblances entre sources arabes et persanes ne relèvent pas du phénomène lui-même mais de la nature des écrits et du milieu de leur élaboration, et propose une méthode d’approche tenant désormais compte de la chronologie des textes, de leur perspective et du milieu social dont ils émanent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. Deborah G. Tor, « « Toward a Revised Understanding of the ‘Ayyar Phenomenon », in : M. Szuppe, éd., Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 231-254. (Cahiers de Studia Iranica 26). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 290, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5060

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search