Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2511. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...« The Eskandarname of Manuchehr K...

291
Yuriko Yamanaka

« The Eskandarname of Manuchehr Khan Hakim : A 19th Century Popular Romance on Alexander », in : M. Szuppe, éd., Iran, Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 181-189. (Cahiers de Studia Iranica 26).

Compte-rendu réalisé par Marina Gaillard

Entrées d’index

Index by keyword :

⁽ayyārs

Auteurs mentionnés :

Maria Szuppe
Haut de page

Texte intégral

1L’Eskandar-nāme-ye haft jeldī, « Histoire d’Alexandre en sept volumes », est un roman appartenant à la littérature des conteurs professionnels, composé ou compilé, probablement à l’époque safavide, par un certain Manūčehr Ḫān Ḥakīm et connu par des éditions lithographiées, puis typographiques, de la fin du 19e s. Peu étudié jusqu’à présent, l’ouvrage a cependant connu un succès durable et a été conté en public au moins jusqu’au milieu des années 1960. La prose en est simple, descriptive et entrecoupée de vers, et la langue des conversations est familière, parfois humoristique, voire triviale. La présence dans le récit de certains épisodes célèbres prouve à l’évidence que le conteur avait connaissance de la tradition relative à Alexandre. Le but principal de l’expédition du conquérant est ici la conversion des infidèles à l’islam, mais l’essentiel du propos étant destiné à divertir plutôt qu’à donner d’Alexandre l’image d’un roi musulman idéal, on retrouve donc dans ce texte toutes les sortes d’aventures dont est généralement composé ce genre de littérature. On notera l’importance prise par le personnage du ayyār Mehtar Nesim, qui semble voler la vedette à Alexandre lui-même, et surtout l’évolution subie par la figure du ayyār dans ce récit, devenue celle d’un vaurien dont la conduite n’obéit plus au code éthique de javānmardī (le terme n’apparaissant pas). Même s’il ne les considère aucunement comme condamnables sur le plan moral, le roman semble n’avoir retenu de ces activités – par ailleurs traditionnelles – des ayyārs que l’aspect anecdotique et équivoque, et ce dans une intention humoristique. L’A. ne manque pas de poser les questions que soulèvent cette introduction des ayyārs dans un roman d’Alexandre et la façon dont leur image y est traitée par rapport à des récits antérieurs avec lesquels la confrontation serait évidemment fructueuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Gaillard. Yuriko Yamanaka, « « The Eskandarname of Manuchehr Khan Hakim : A 19th Century Popular Romance on Alexander », in : M. Szuppe, éd., Iran, Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 sept. 1999, vol. II : Périodes médiévale et moderne. Paris, Peeters/AAEI, 2002, pp. 181-189. (Cahiers de Studia Iranica 26). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 291, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5062

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search