Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 37-38-397. IslamQāḍī Nūrallāh Šūštarī. Mağālis al...

4
Qāḍī Nūrallāh Šūštarī

Qāḍī Nūrallāh Šūštarī. Mağālis al-mu’minīn

Compte-rendu réalisé par Mathieu Terrier
Référence(s) :

Qāḍī Nūrallāh Šūštarī. Mağālis al-mu’minīn. Ibrāhīm ‘Arabpūr, Manṣūr Setāyeš, Muḥammad-Reḍā Muḥammadyān et alii (eds.). 7 vols., Mašhad : Āstān-e qods-e reḍavī, 1393 h.s./ 2014–15, vol.1 : 456 p. (intro)+332 p. (ISBN : 978-964-971-682-4) ; vol.2 : 530 p. (ISBN : 978-964-971-716-6) ; vol.3 : 627 p. (ISBN : 978-964-971-717-3) ; vol.4 : 583 p. (ISBN : 978-964-971-718-0) ; vol.5 : 580 p. (ISBN : 978-964-971-719-7) ; vol.6 : 619 p. (ISBN : 978-964-971-720-3) ; vol. 7 : 493 p. (ISBN : 978-964-971-747-0)

Texte intégral

1Il faut saluer l’édition critique extrêmement soignée d’un ouvrage majeur de l’histoire du šī‘isme, jusqu’alors accessible aux chercheurs dans une seule impression typographique contenant nombre d’erreurs et de lacunes (2 vols., Téhéran : Intišārāt islāmiyya, 1335 h.s., rééd. 1365 h.s./1986-7). Connu en milieu šī‘ite imāmite comme « le troisième martyre » (al-šahīd al-thālith), Nūrallāh Šūštarī, né à Šūštar en Iran en 956/1549-50, était un juriste et théologien imāmite également membre de l’ordre soufi nūrbaḫšī. Pour des raisons largement obscures, il émigra de l’Iran safavide en Inde moghole sous Akbar Šāh (r. 1556-1605) et officia comme qāḍī selon le rite sunnite à Lahore ; suite à des polémiques avec des théologiens sunnites, il fut fouetté à mort en 1019/1610 sous le règne de Ğahāngīr (1605-1627). Composé en persan, entre l’Iran et l’Inde, entre 982/1574-5 et 1010/1601-2, les Mağālis al-mu’minīn (« Les sessions des croyants ») sont une encyclopédie, sur le modèle des ṭabaqāt, entendant rassembler tous les šī‘ites des origines jusqu’au début du Xe/XVIe siècle, où l’avènement du règne safavide en Iran devait marquer, selon l’A., la fin de l’épreuve de la dissimulation (taqiyya) imposée aux šī‘ites. Outre les šī‘ites notoires ou déclarés, l’ouvrage inclut nombre de penseurs, auteurs ou gouvernants réputés sunnites, que l’A. dit avoir été šī‘ites dans leur intériorité (fī l-bāṭin) et avoir pratiqué la taqiyya. Cette attitude inclusive, justifiée par une définition large du šī‘isme, a été critiquée par nombre de savants imāmites qui affublèrent l’A. du surnom de « forgeur de šī‘ites » (šī‘ah-tarāš). Ses sympathies soufies, transparentes dans l’ouvrage, lui ont aussi attiré l’hostilité des fuqahā’ imāmites anti-soufis. À l’inverse, Šūštarī s’impose avec cette œuvre comme l’un des grands représentants du courant šī‘ite-soufi – également enclin à la philosophie –, aux côtés de Sayyid Ḥaydar Āmolī (m. après 787/1385-86), Ibn Abī Ğumhūr al-Aḥsā’ī (m. après 904/1499), Quṭb al-Dīn Aškevarī (m. 1091/1680) et Muḥsin Fayḍ Kāšānī (m. 1090/1679).

2L’ouvrage se divise en douze « sessions » (mağlis) : 1. Les centres et foyers géographiques du šī‘isme. 2. Les tribus šī‘ites. 3. Les partisans (šī‘a) de ‘Alī parmi les contemporains et compagnons du Prophète. 4. Les šī‘ites de la génération suivante (tābi‘īn). 5. Les théologiens, commentateurs, traditionnistes, juristes, récitateurs, grammairiens et linguistes šī‘ites de la troisième génération (az tab‘-e tābi‘īn). 6. Les soufis šī‘ites, parmi lesquels Abū Yazīd Basṭāmī (m. 234/848 ou 261/874), Ğunayd al-Baġdādī (m. 208/911), Ibn ‘Arabī (m. 638/1240), Ṣafī al-Dīn al-Ardabīlī (m. 735/1334, fondateur éponyme de l’ordre safavide), Muḥammad Nūrbaḫš (m. 869/1464, fondateur éponyme de l’ordre nūrbaḫšī) et bien d’autres. 7. Les philosophes et les théologiens, parmi lesquels al-Fārābī (m. 339/950), Ibn Sīnā (m. 428/1037), al-Ġazālī (m. 505/1111), jusqu’à Ğalāl al-Dīn al-Dawānī (m. 908/1502) et Šams al-Dīn al-Ḫafrī (m. ca 945/1538) à la période safavide. 8. Les rois, sultans et princes, de Muḫtār al-Thaqafī (m. 67/687) à la dynastie soufie-šī‘ite des Muša‘ša‘ au Khūzistān (r. 845-914/1436-1508), en passant par les Bouyides (334-447/945-1055) et les Ilḫāns (VIIe-VIIe/XIIIe-XIVe siècles). 9. Les gouverneurs et commandants militaires. 10. Les ministres et secrétaires. 11. Les poètes arabes. 12. Les poètes persans.

3Cette édition, qui conjoint qualité scientifique et qualité matérielle, comprend sept épais volumes. Le premier contient une introduction de 450 pages sur l’histoire du šī‘isme, la vie et l’œuvre de l’A., la composition et la réception des Mağālis al-mu’minīn, ainsi que la dizaine de manuscrits utilisés. L’édition du texte, qui s’étend sur cinq volumes et demi (plus de 3000 pages), est accompagnée d’un riche appareil de notes infrapaginales indiquant les corrections et variantes des manuscrits, mais aussi les sources primaires citées par Šūštarī. Le septième et dernier volume fournit une série d’index thématiques établis par Moḥsen Nāğī Naṣrābādī : versets coraniques, ḥadīths et ḫabars, personnes, livres, lieux, groupes, vers persans, vers arabes.

4Si les informations de Šūštarī sont loin d’être toujours fiables, comme les chercheurs l’ont souvent relevé, l’ouvrage n’en est pas moins une source précieuse sur l’histoire du šī‘isme. Il est aussi un témoin exceptionnel des spécificités de l’historiographie et de la mémoire culturelle šī‘ites, marquées par le statut minoritaire, les souffrances historiques, l’occultation de l’imām (ġayba) et la nécessité de la taqiyya. Il mérite enfin d’être appréhendé comme une œuvre de pensée conciliatrice et syncrétique, appartenant à un courant majeur de la pensée iranienne. C’est dire que cette nouvelle édition invite historiens et chercheurs à redécouvrir une grande œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Terrier. Qāḍī Nūrallāh Šūštarī, « Qāḍī Nūrallāh Šūštarī. Mağālis al-mu’minīn », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 37-38-39 | 2018, document 4, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/50758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.50758

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search