Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-416. Religions (sauf Islam)6.3. Autres religionsNima Jamali, « The Book VI of Īšō...

11
Nima Jamali

Nima Jamali, « The Book VI of Īšō‘-bokht’s Corpus Juris and the Emergence of Procedural Laws in the Church of the East »

Compte-rendu réalisé par Florence Jullien
Référence(s) :

Nima Jamali, « The Book VI of Īšō‘-bokht’s Corpus Juris and the Emergence of Procedural Laws in the Church of the East », Journal of the Canadian Society for Syriac Studies 17, 2017, p. 37-48

Texte intégral

1Le Corpus Juris d’Īšōʿ-buxt fut rédigé en pehlevi au VIIIe s. et n’est conservé que dans sa version syriaque. Il constitue le premier exemple d’une réflexion en matière de juridiction ecclésiastique au sein de l’Église d’Orient depuis les réformes entreprises par le catholicos Mār Abba au milieu du VIe s. (540). Jusque-là, les juristes syriaques orientaux s’étaient surtout intéressés aux lois fondamentales déterminant les droits et les obligations de la communauté chrétienne locale. Avec le livre VI du Corpus Juris, un intérêt se fait jour pour les lois procédurales, ce qui pose une question essentielle puisque ce type de lois induit une application des décisions de justice. Dans cet article, l’A. s’interroge donc sur l’autorité effective d’Īšōʿ-buxt, métropolite du Fārs, au niveau de l’Église syro-orientale ; il estime que le métropolite a cherché dans ce Livre VI à ouvrir un débat également théorique, présentant un modèle de système juridique chrétien complet.

2Il rappelle l’importance du choix de la langue de rédaction par Īšōʿ-buxt, non pas le syriaque, lingua franca des chrétiens orientaux, mais le moyen-perse : pour l’A., ce choix indiquerait une nouvelle phase dans l’histoire de la théorie et de la pratique juridiques de l’Église d’Orient. Cela impliquerait également que l’autorité judiciaire du métropolite ait été finalement limitée à sa province du Fārs, même si son intérêt aux questions juridiques est à comprendre dans un cadre politico-religieux plus large : la contestation des tribunaux mazdéens par exemple, et surtout le contexte de tension entre les évêques du Fārs et le patriarche de Séleucie-Ctésiphon, bien perceptible lors du synode de 676 et qui pourrait sous-tendre cette nouvelle proposition juridique du Fārs – l’A. note d’ailleurs que le choix d’écrire dans la langue du Fārs (et non pas celle de la région araméenne de la province patriarcale) pourrait s’expliquer par l’existence de ces tensions avec catholicosat, même si Īšōʿ-buxt a toujours entériné les élections patriarcales. L’intention de ce Livre VI serait donc à comprendre dans le sens d’une proposition de système légal unifié pour toute l’Église d’Orient (comme il le laisse lui-même entendre au début de son traité, Livre I chap. 1). L’importance de ce Corpus n’échappera pas en tout cas au patriarche suivant, Timothée Ier, qui devait en commander la version syriaque dans un souci d’homogénéisation des règlements ecclésiastiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Jullien. Nima Jamali, « Nima Jamali, « The Book VI of Īšō‘-bokht’s Corpus Juris and the Emergence of Procedural Laws in the Church of the East » », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 11, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/50927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.50927

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search