Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-4111. Littérature11.1. Littérature persane11.1.2. Littérature persane moderneChristophe Balaÿ. La Crise de la ...

1
Christophe Balaÿ

Christophe Balaÿ. La Crise de la conscience iranienne : Histoire de la prose persane moderne (1800-1980)

Compte-rendu réalisé par Julie Duvigneau
Référence(s) :

Christophe Balaÿ. La Crise de la conscience iranienne : Histoire de la prose persane moderne (1800-1980). Paris : L’Harmattan, 2017, 536 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la somme d’une carrière d’enseignement de la littérature iranienne contemporaine. Il vient combler un immense vide sur le sujet en France et on peut espérer qu’il contribue à la meilleure réception de cette littérature en France (auprès du public, des traducteurs et des éditeurs). L’A sait croquer en quelques mots un auteur et une œuvre pour en donner une ébauche à un lecteur qui n’y connaîtrait rien.

2L’A. avait fait paraître en 1998 un ouvrage sur la genèse du roman persan moderne, il élargit ici son corpus pour couvrir le XXe s. jusqu’à la révolution islamique et en donne une vision approfondie, remise en perspective et prolongée. Des évolutions sont également perceptibles : ainsi de l’analyse de l’apparition du roman historique en Iran comme l’aboutissement de la tradition littéraire persane et non seulement comme une importation occidentale. L’ouvrage est didactique, mais il se veut un peu plus qu’une simple histoire littéraire : une analyse de la crise de la conscience iranienne, avec un clin d’œil à Paul Hazard, ce comparatiste auquel ce livre se présente comme un hommage.

3L’A., suivant le modèle d’analyse proposé par la théorie des polysystèmes, veut nous donner à voir ici le lent voyage de la prose moderne vers le centre du système littéraire, avec ses accélérations et ses ralentissements. L’aboutissement de cette traversée littéraire du XXe s. est pour lui la victoire de la prose, à l’origine périphérie d’un système littéraire centré autour de la prose, espoir qui pourrait peut-être être encore nuancé. Mais l’A. s’intéresse aussi aux phénomènes de décentrements internes à la prose moderne elle-même, ce qui lui permet de remettre en perspective les auteurs les uns par rapport aux autres.

4D’autre part, l’ouvrage s’intéresse non seulement à la littérature écrite, mais témoigne également d’une grande connaissance de la littérature semi-populaire des conteurs médiévaux, ainsi que de formes de littératures dramatique ou de spectacles de rue.

5C’est résolument un ouvrage de comparatiste, qui crée des perspectives entre des textes de littérature persane malheureusement trop peu connus en France, mais aussi entre ces textes et des textes de « nos » littératures occidentales ou de littérature arabe… Nous assistons ainsi à la naissance de la prose moderne, avec tous ses ratés, ses contractions ; puis à la lente émergence de la liberté et de l’accomplissement du personnage, entrée progressive dans la modernité, présentée comme un affrontement de différentes forces sur cette littérature : le merveilleux, l’illusion du réel…

6L’ouvrage accorde son attention à la littérature persane sous toutes ses formes, avec une attention non seulement à la littérature écrite, celle qui se met en place au XIXe s., mais également à la littérature semi-populaire des conteurs médiévaux, ainsi qu’à des formes de littératures théâtrales ou de spectacles de rue.

7On peut regretter les coquilles qui parsèment le texte, mais elles témoignent peut-être d’une certaine urgence, qui augmente plus le livre avance : une urgence à décrire, à faire connaître, à donner envie de lire ces auteurs trop peu connus. L’urgence peut-être de tout chercheur en littérature contemporaine persane devant l’ampleur du chantier : comment faire connaître tous ces auteurs, leur donner une place dans notre littérature, comment faire pour faire résonner leurs textes avec ceux des auteurs de la littérature mondiale ?

8La réception de ces textes est d’ailleurs un autre aspect très réussi de cette étude qui distingue dans la mesure du possible entre la date de composition et de celle de la publication. Cela nous permet ainsi de rectifier certains points de vue en les replaçant en perspective et de corriger l’image que l’on peut avoir de l’évolution de la prose persane.

9Ce livre nous donne aussi à voir une réflexion sur l’objet même d’histoire littéraire et sur les questions du temps de la non-adéquation du temps de l’histoire et du temps littéraire. Il oscille ainsi entre une attention aux textes et aux auteurs et une nécessité de systématisation et de périodisation, laissant le mot final à l’interrogation et à des lectures sans cesse recommencées de ces écritures en train de se développer, de s’étoffer, de s’affirmer, contre ou avec le pouvoir politique. L’ouvrage est aussi une ébauche de l’histoire intellectuelle de l’Iran, celle des revues, des critiques : il s’achève ainsi sur un panorama de l’histoire littéraire faite en Iran par des Iraniens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Duvigneau. Christophe Balaÿ, « Christophe Balaÿ. La Crise de la conscience iranienne : Histoire de la prose persane moderne (1800-1980) », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 1, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/51346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.51346

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search