Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-415. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneYuka Kadoi (dir.). The Blue Road....

26
Yuka Kadoi

Yuka Kadoi (dir.). The Blue Road. Mastercrafts from Persia

Compte-rendu réalisé par Ghazaleh Esmaeelpour Ghoochani
Référence(s) :

Yuka Kadoi (dir.). The Blue Road. Mastercrafts from Persia. Catalogue d’exposition, Liang Yi Museum à Hong Kong, du 20 mars au 24 juin 2018. Hong Kong: Liang Yi Museum, 2018, 176 p., ISBN: 978-988-14944-3-6

Texte intégral

1Le musée Liang Yi à Hong Kong a accueilli en 2018 l’exposition « The Blue Road. Mastercrafts from Persia », organisée par Yuka Kadoi qui a également dirigé la publication du catalogue bilingue (anglais, chinois). Cent quatre-vingt-deux objets d’art décoratif orientaux – principalement issus du monde iranien – furent rassemblés autour de la question de la couleur bleue.

2Le catalogue des œuvres est précédé de trois articles qui abordent le thème du bleu dans le monde iranien et centre asiatique, à travers trois approches distinctes. Le premier article, écrit par Yuka Kadoi, s’intitule « The Blue Road: Art and Hue in Persian Dress Culture » (pp. 11-16). L’auteure s’intéresse au bleu dans les arts textiles et les vêtements (matériaux par ailleurs peu traités dans les arts de l’Islam). Elle présente les sources principales du pigment bleu, que sont le lapis-lazuli, l’indigo et le pastel – qui était au demeurant plutôt employé en Europe. Kadoi montre la manière dont les peintures des manuscrits peuvent reproduire visuellement le symbolisme de la couleur bleue évoquée dans la littérature persane. Elle illustre ceci par différents exemples, extraits notamment du recueil de cinq poèmes, Khamsa, de Nezâmi, tels que l’un des épisodes de Haft Paykar (« Sept portraits »), dans lequel le roi sassanide Bahrâm Gur rend visite à la princesse maghrébine dans le pavillon bleu, ou encore dans une scène de bain public où le bas du corps de tous les personnages est drapé de bleu. Cette étoffe, de forme rectangulaire souvent teinte en bleu, que l’on porte autour des reins comme un pagne, est appelée futeh ou ezâr dans la littérature persane, bien qu’elle soit désignée comme peshtemal (peştamal en turc) par Kadoi.

3Selon Kadoi, c’est au cours des XIIIe-XIVe siècles, sous les Mongols, que le bleu trouve une place importante dans l’art, l’architecture et la culture matérielle du monde iranien. C’est à cette période qu’il est par exemple utilisé, dans les arts du livre, pour distinguer la figure d’un roi ou des personnages principaux à travers des vêtements bleus. Toutefois, ce sont surtout les Safavides qui sont à l’origine de l’épanouissement du « bleu persan ». Kadoi conclue par l’idée que, pendant longtemps, des objets, des textiles et des pigments bleus ont parcouru un long chemin d’Est en Ouest. L'invention au XVIIIe siècle du bleu de Prusse (un pigment bleu synthétique durable et abordable) a permis d’inverser le flux des interactions commerciales et culturelles le long de la Route bleue, d’Ouest en Est.

4La seconde contribution, intitulée « Firuzeh and Lajavard: The Colour Blue in the Ceramics of Iran and Central Asia », est proposée par Leslee Katrina Michelsen (p. 22-28). L’auteure décrypte les différentes nuances de bleu observées dans la céramique d’Iran et d’Asie centrale, à travers une présentation des évolutions techniques entre le XIe et le XVe siècle. Elle mentionne par ailleurs l’emploi de noms de pierres locales semi-précieuses, lâjvard (lapis-lazuli) et firuzeh (turquoise), pour désigner les glaçures de céramiques imitant leur couleur. Mais elle rappelle que le cuivre et le cobalt ont fourni les matières premières les mieux adaptées et les moins onéreuses aux ateliers de poterie. L’oxyde de cobalt a été utilisé comme colorant pour la glaçure bleue foncée des céramiques depuis l’époque préislamique jusqu’au XXe siècle. L’ajout de cuivre dans une glaçure alcaline donne une couleur turquoise, tandis qu’elle vire au vert dans une glaçure plombifère.

5Michelsen rappelle par ailleurs l’importance du traité d’Abu’l-Qâsem Kâshâni pour la connaissance des ateliers de céramique en Iran médiéval. Ce recueil comprend un certain nombre de « recettes », et notamment des informations sur les procédés d’obtention de différentes nuances de bleu dans la céramique. Michelsen rappelle par ailleurs les limites des études sur la céramique lorsqu’elles ne reposent que sur des collections muséales, et souligne l’importance des études physico-chimiques complémentaires.

6Le dernier article, « Between Earth, Water and Sky: Blue Glass from the Persian World », est signé par Iván Szántó (p. 34-38). La thématique du verre y est amorcée par une approche étymologique du terme persan abgina (« le verre ») qui désigne non seulement le verre comme une matière aqueuse mais également la couleur bleue. Le verre disposant naturellement d’une teinte bleue, certaines interprétations symboliques du bleu lui sont attribuées. Szántó souligne notamment son association au ciel et évoque son rôle de médiateur entre les mondes céleste et terrestre. Il revient sur une brève présentation des types de verre et leurs usages, les différentes techniques et méthodes de leur fabrication ainsi que sur leur circulation, depuis l’Antiquité jusqu’à la période moderne, depuis l’ouest de l’Asie vers les pays d’Islam. Szántó s’intéresse notamment au contexte particulier du XVIe siècle en Iran, au cours duquel les productions de verre semblent peiner à rivaliser avec la qualité des autres médiums produits en Iran. L’auteur explique cette situation par l’apport de techniques de fabrication et de réseaux commerciaux européens en Iran, ouvrant la voix à des produits d’importation nouveaux tels que les objets en verre de Venise.

7Ces trois articles sont suivis du catalogue des 94 objets prêtés pour l’exposition par des institutions occidentales (Danemark, Suisse, Royaume-Uni, USA) et asiatiques (Singapour, et plusieurs collections de Hong Kong). Ces œuvres originaires d’Iran ou d’Asie centrale ont en commun l’emploi de la couleur bleue dans leur palette ornementale. Ces artefacts sont classés en fonction de leurs matériaux, à savoir : la céramique, l’émail, le verre, les arts du livre, la photographie, le textile et le tapis, et enfin la céramique architecturale.

8Le catalogue se conclut par les 88 minaudières, des boîtes décorées remplaçant le sac du soir des femmes, exposées en fin de parcours de l’exposition. Ces boîtes, issues de la collection permanente du musée, sont principalement l’œuvre de grands bijoutiers européens du XXe siècle. Elles ont été sélectionnées pour illustrer la variété des bleus employés pour cette famille d’objets, à savoir du lapis-lazuli, du saphir et du turquoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghazaleh Esmaeelpour Ghoochani. Yuka Kadoi, « Yuka Kadoi (dir.). The Blue Road. Mastercrafts from Persia », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 26, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/51422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.51422

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search