Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-435. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneSheila Canby, Deniz Bayazid, Mart...

5. Art et Archéologie. Période Musulmane
5.1. Monde iranophone
4

Sheila Canby, Deniz Bayazid, Martina Rugiadi (eds.). The Seljuqs and their Successors. Art, Culture and History

Frantz Chaigne
Référence(s) :

Sheila Canby, Deniz Bayazid, Martina Rugiadi (eds.). The Seljuqs and their Successors. Art, Culture and History. Edinburg: Edinburg University Press, 2020, 309 p, ill., glossaire, biblio., ind.[ISBN :978-1474450348]

Texte intégral

1Le présent volume rassemble les Actes du colloque organisé à l’occasion de l’exposition Court and Cosmos: The Great Age of the Seljuqs qui s’est tenue au Metropolitan Museum of Art de New York en 2016. L’ouvrage se compose de seize chapitres articulés en six parties. La première partie, « Introduction » (pp. 1-31) regroupe trois chapitres respectivement signés par les trois éditrices, puis Carol Hillenbrand et enfin Robert Hillenbrand (respectivement « Editors’ Introduction », « What is Special about Seljuq History » et « Seljuq Art: An Overview »). Les singularités de l’histoire des Seldjoukides et un résumé efficace et actualisé de leurs productions artistiques et monumentales y sont présentés. Cette articulation conduit certes à une très longue introduction mais cette option se montre particulièrement opérante car elle permet d’appréhender aisément la suite.

2La deuxième partie – « Rulers and Cities » (pp. 32-50) – se réduit à un unique chapitre (« Rum Seljuq Caravanserais: Urbs in Rure »), signé par Scott Redford. La troisième partie – « Faith, Religion and Architecture » – (pp. 51-109) rassemble des articles de D. G. Tor, de Lorenz Korn et de Yasser Tabaa (successivement « The Religious History of the Great Seljūq Period », « Domes in the Seljuq Architecture of Iran » et « The Politics of Patronage in Medieval Mosul: Nur al-Din, Badr al-Din and the Question of the Sunni Revival »). La problématique est donc ici abordée selon trois angles complémentaires : une synthèse de l’histoire religieuse des Grands Seldjoukides, l’étude d’un élément architectural caractéristique et un aspect sociologique. Ce regroupement illustre parfaitement la nécessité de porter des regards croisés pour aborder certains sujets de façon approfondie et actualisée.

3La quatrième partie, « Identities, Rulers and Populace » (pp. 111-160), rassemble quant à elle trois chapitres signés par Roberta Giunta et Viola Allegranzi, Patricia Blessing, puis Rustam Shukurov (successivement « Ghaznavid, Qarakhanid and Seljuq Monumental Inscriptions and the Development of Royal Propaganda: Towards an Epigraphic Corpus », « Inscribed Identities: Some Monumental Inscriptions in Eastern Anatolia and Caucasus » et « Grasping the Magnitude: Saljuq Rum between Byzantium and Persia »). On s’y interroge par exemple sur les titres et désignations mais aussi sur les circulations à l’échelle de l’empire et aux perméabilités avec les États périphériques.

4La cinquième partie, « Magic and the Cosmos » (pp. 161-196), s’intéresse à un thème récurrent dans la culture seldjoukide via des sources écrites. Elle s’articule en deux chapitres rédigés par A. C. S. Peacock et George Saliba (respectivement « A Seljuq Occult Manuscript and its World: MS Paris persan 174 » et « Al-Khazini’s Astronomy under the Seljuqs: Interferential Observations (i’tibār), Calendars, and Instruments »).

5L’ultime partie, intitulée, « Objects and Material Culture » (pp. 197-263), réunit les contributions de Margaret Graves, Renata Holod, Leslee Michelsen et Stefan Masarovic et enfin Alessandro Sidoti et Mario Vitalone (successivement « Casting Shadows », « What’s in a name ? Signatures, Maker’s Mark or Keeping Count: On Craft Practice in Rayy », « Collaborative Investigation of a Monumental Seljuq Stucco Panel » et enfin « The Florence Shāhnāma between History and Science » [renvoi CR sur ce dernier article: AI42-43R5-1N5-5.doc]). Sont donc ici abordés des supports aussi variés que les métaux, le stuc, la céramique, les manuscrits.

6Ce volume montre donc la pertinence d’aborder certaines thématiques aux prismes de champs disciplinaires distincts et néanmoins complémentaires. Parallèlement, quelques artefacts et monuments – comme les coupoles ou le Shāhnāma de Florence – sont examinés individuellement dans des approches réactualisées. Enfin, l’ensemble des aires géographiques dominées par les Seldjoukides, de l’Asie centrale à l’Anatolie, sont sollicitées, permettant de porter un large regard sur l’art de cette culture et les conditions de production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Chaigne, « Sheila Canby, Deniz Bayazid, Martina Rugiadi (eds.). The Seljuqs and their Successors. Art, Culture and History »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 4, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/52117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.52117

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search