Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-435. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneAlessandro Sidoti, Mario Vitalone...

5. Art et Archéologie. Période Musulmane
5.1. Monde iranophone
5

Alessandro Sidoti, Mario Vitalone. “The Florence Shāhnāma between History and Science”

Frantz Chaigne
Référence(s) :

Alessandro Sidoti, Mario Vitalone. “The Florence Shāhnāma between History and Science” in Sheila Canby, Deniz Bayazid, Martina Rugiadi (eds.). The Seljuqs and their Successors. Art, Culture and History. Edinburg UniversityPress, 2020, p. 245-263

Texte intégral

1La Biblioteca nazionale centrale di Firenze renferme parmi ses trésors le plus ancien Shāhnāme conservé. Le volume – qui contient la moitié du récit – est daté de 614/1217. Si le texte est bien sûr en Persan, les titres sont écrits en Arabe et le manuscrit contient des notes en Turc, ce qui suggère que le commanditaire et le lieu de copie relèvent de cette culture. Ces notes pallient donc indirectement les omissions du colophon.

2Cet article présente dans un premier temps l’état matériel du manuscrit avant toute intervention des restaurateurs, et il retrace son arrivée en Italie à la fin du XVIe siècle. Suit le temps fort de l’article, à savoir la description des modalités de sa restauration : démontage de la reliure du XVIIIe siècle qui exerçait de fortes contraintes sur les folios, démontage de ceux-ci, analyse des pigments, encres et restauration. Il convient de noter que les nombreuses illustrations en couleurs permettent de suivre aisément les procédés mis en application. Les auteurs insistent sur le fait que la pose d’une nouvelle reliure aurait entrainé de nouvelles contraintes sur les feuillets restaurés. Aussi a-t-il été décidé de les conserver dans trois boites cartonnées libres de traces acides. L’article s’achève par un appendice décrivant les résultats des analyses conduites via diverses méthodes non destructives (analyse élémentaires et analyses moléculaires). On y apprend par exemple la nature de certains pigments employés et la spécificité de leurs emplacements. Cet article nous permet donc de comprendre les méthodes, les enjeux et aussi les limites de la restauration sur un cas concret, celui d’un manuscrit qui est notre premier jalon historique connu du Shāhnāme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Chaigne, « Alessandro Sidoti, Mario Vitalone. “The Florence Shāhnāma between History and Science” »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 5, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/52120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.52120

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search