Navigation – Plan du site
353
Moḥammad Ḥasan Abrīšamī

« Nowrūz va bāvar-hā-ye kešāvarzān ». Dām va kešt va ṣanat, revue mensuelle, n° 27, (esfand 1380/mars 2002), pp. 16-18. [Nowrūz et les croyances paysannes]

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Cette fois, c’est Nowrūz (jour de l’an iranien) qui est traité sous la plume de l’auteur.

2La fertilité de la terre, liée – selon les coutumes et croyances anciennes – à la bonne conduite de celui qui la cultive a fait que les Iraniens fêtent avec persévérance le Nowrūz, ce réveil de la nature, source de tant d’abondance et de bonheur.

3Les documents utilisés par l’A. démontrent avec force les rapports qu’il y a entre la culture et la nature aux yeux de ce vieux peuple d’Iran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Moḥammad Ḥasan Abrīšamī, « « Nowrūz va bāvar-hā-ye kešāvarzān ». Dām va kešt va ṣanat, revue mensuelle, n° 27, (esfand 1380/mars 2002), pp. 16-18. [Nowrūz et les croyances paysannes] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 25 | 2004, document 353, mis en ligne le 15 mars 2006, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5228

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page