Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-433. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.3. Séleucides, Parthes et Sas...Carlo G. Cereti. “Remarks on The ...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.2. Ouest de l’Iran
3.2.3. Séleucides, Parthes et Sassanides
24

Carlo G. Cereti. “Remarks on The cities of Ērānšahr and its date in the light of the Xwadāy-nāmag and Sasanian primary sources”

Rika Gyselen
Référence(s) :

Carlo G. Cereti. “Remarks on The cities of Ērānšahr and its date in the light of the Xwadāy-nāmag and Sasanian primary sources” in M. Ashtiany & M. Maggi (eds.). A turquoise coronet. Studies in Persian language and literature in honour of Paola Orsatti. Wiesbaden : Reichert Verlag, 2020, p. 79-96.

Texte intégral

1The cities of Ērānšahr est la traduction proposée par C. G. Cereti dans un autre article également paru en 2020 — « Are The Provincial Capitals of Erānšahr really provincial capitals? », Vicino Oriente XXIV, 2020, p. 135-149 —, pour le petit traité connu sous le nom de Šahrestānīhā-ye Ērānšahr, à cause de très nombreuses phrases qui commencent par le terme šahrestān « capitale provinciale ». Si tous les šahrestān sont évidemment des villes et des villes fortifiées, toutes les villes fortifiées ne sont pas nécessairement des šahrestān, ce terme ayant à l’époque sassanide une connotation administrative comme le montrent des sources primaires.

2Dans le présent article, quelques paragraphes ont trait aux différentes attributions chronologiques qui ont été proposées pour le Šahrestānīhā-ye Ērānšahr, soit pour le ‘premier jet’ du texte, soit pour les rédactions successives. Le manuscrit MK dans lequel ce traité est inclus porte la date 1322 de l’ère chrétienne et cette version est bien postérieure à l’empire sassanide qui disparait vers 651.

3À part des commentaires sur les noms des šahrestān, cet article est consacré à la confrontation des toponymes des ‘capitales provinciales’ mentionnés dans le texte de 1322 à ceux des provinces fournis par les sources primaires sassanides, essentiellement les sceaux des administrations territoriales et les sceaux officiels des hauts dignitaires territoriaux. Grâce à l’augmentation régulière de la documentation sigillographique, cet article est mieux documenté que les deux articles précédents consacrés au même sujet, mais on peut y ajouter la capitale provinciale de Rām-Ohrmazd non attestée précédemment. De toute façon, si en 1988 beaucoup de šahrestān attestés dans le ŠĒ n’étaient pas connus par les sources primaires, ce déséquilibre en faveur du ŠĒ ne pouvait être que provisoire. Même si avec deux cent soixante sceaux administratifs et vingt-sept sceaux officiels, on n’a probablement pas encore atteint 10% de la documentation sigillographique, le déséquilibre entre les données est déjà largement en faveur des sources primaires. Dans un article récent (encore sous presse) nous avons évoqué les très nombreuses provinces qui possèdent forcément une capitale, un sahrestān, et qui n’apparaissent pas dans le ŠĒ.

4Un scepticisme vis-à-vis des données véhiculées dans le ŠĒ comme source pour la géographie administrative des VIe-VIIe siècles ? Oui, si l’on considère tous les noms de « capitales provinciales » qui n’y apparaissent pas. Oui, si on se fie à la transmission de certaines données comme par exemple à propos de la capitale provinciale de Ohrmazd-Ardašīr qui d’après le Šahrestānīha-ye Ērānšahr a été fondée par Ohrmazd, fils de Nēw-Šābuhr alors qu’une source primaire comme l’inscription de Šābuhr Ier à Naqš-i Rustam (ŠKZ) nomme Šābuhr Ier. Cette erreur s’est transmise jusque dans Encyclopaedia Iranica ce qui prouve bien que l’utilisation de sources secondaires est à prendre avec beaucoup de précautions surtout s’il existe des sources primaires.

5Malgré tout l’intérêt narratif de ce petit traité, son caractère partiel et les déformations des données n’en font pas une source à utiliser pour la géographie administrative de l’empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rika Gyselen, « Carlo G. Cereti. “Remarks on The cities of Ērānšahr and its date in the light of the Xwadāy-nāmag and Sasanian primary sources” »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 24, mis en ligne le 30 juillet 2021, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/52805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.52805

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search