Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-435. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneYuka Kadoi. “A historiographical ...

5. Art et Archéologie. Période Musulmane
5.1. Monde iranophone
11

Yuka Kadoi. “A historiographical inquiry into the falsification of Persian art”

Farhad Kazemi
Référence(s) :

Yuka Kadoi. “A historiographical inquiry into the falsification of Persian art” in Olga M. Yastrebova, Charles Melville (eds.). Proceedings of the Eighth European Conference of Iranian Studies, Vol. II. Saint-Pétersbourg: The State Hermitage Publishers, 2020, p. 122-130.

Texte intégral

1Quatre ans après la publication de son Arthur Upham Pope and a New Survey of Persian Art (cf. le compte rendu dans Abstracta Iranica vol. 37-38-39, R5.1, n°8), Yuka Kadoi revient ici sur le grand iranologue (1881-1969) et les circonstances de son intervention sur le faux et la forgerie lors du Third international congress and exhibition for Iranian art and archaeology (Leningrad et Moscou, 10-18 septembre 1935). Pope s’était imposé comme spécialiste des arts iraniens dès les années 1920, notamment en organisant le premier congrès international sur le sujet à Philadelphie en 1926, suivi en 1931 d’un deuxième Congrès à Londres. C’est là que Pope fut accusé d’être de connivence avec des faussaires par Maurice Dimand.

2A Leningrad/Saint-Pétersbourg en 1935, Pope se montrait préoccupé qu’on laissât de côté des objets authentiques, sous l’emprise de « la confusion et de la panique » qui consistait à voir des forgeries un peu partout. Pope recommandait alors de recourir systématiquement à une grille d’analyse qui comprenait l’histoire de l’objet, des analyses physico-chimiques, les données techniques, l’épigraphie et la paléographie, l’iconographie et la datation stylistique, autant d’éléments qui allaient devenir par la suite la règle d’analyse des œuvres d’art.

3Kadoi rappelle dans ce contexte deux objets défendus par Pope dans les années 1930 et 1950 et comment le doute sur leur authenticité entachèrent la réputation de Pope : le plateau d’argent au nom d’Alp Arslan (Boston, MFA, inv. 34.68), pour lequel un doute persiste à ce jour malgré l’absence de nouvelles études, et le manuscrit de l’Andarz-nameh (Cincinatti Art Museum, inv. 1954.412) prouvé faux par la présence de bleu de Prusse.

4Cet article historiographique vient enrichir d’une part les publications sur Arthur Upham Pope, d’autre part les publications passionnantes sur la problématique du faux et de la forgerie dans les arts de l’Islam parues ces dernières années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farhad Kazemi, « Yuka Kadoi. “A historiographical inquiry into the falsification of Persian art” »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 11, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/53942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.53942

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search