Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-435. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophoneViolla Allegranzi. « Vers un réex...

5. Art et Archéologie. Période Musulmane
5.1. Monde iranophone
16

Violla Allegranzi. « Vers un réexamen des inscriptions historiques du monde iranien pré-mongol : Étude des cas des mausolées de Tim et de Termez en Ouzbékistan »

Sandra Aube
Référence(s) :

Violla Allegranzi. « Vers un réexamen des inscriptions historiques du monde iranien pré-mongol : Étude des cas des mausolées de Tim et de Termez en Ouzbékistan » in Viola Allegranzi, Valentina Laviola (eds.). Texts and Contexts. Ongoing Researches on the Eastern Iranian World (Ninth-Fifteenth c.). Rome: Istituto per l’Oriente C.A. Nallino (Pubblicazioni dell’Istituto per l’Oriente C.A. Nallino, nr. 120), 2020, p. 103-134

Texte intégral

1Spécialiste de l’épigraphie monumentale persane des premiers siècles de l’Islam (voir la publication de sa thèse, Aux sources de la poésie ghaznavide. Les inscriptions persanes de Ghazni (Afghanistan, XIe‑XIIe s.), Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2019 (cf. le compte rendu dans ce même numéro d’AbstIr), Viola Allegranzi propose ici une étude rigoureuse, précise et très documentée de deux inscriptions historiques aussi célèbres qu’importantes pour l’histoire culturelle et architecturale du monde iranien aux IXe-XIIe siècles.

2L’auteur réévalue tout d’abord l’inscription royale samanide qui encadre le portail du mausolée dit Arab-Ata à Tim (p. 105-112). Elle analyse, contextualise et complète la lecture de cette inscription arabe, et en propose une nouvelle transcription et une traduction originale en français. Allegranzi s’attache également à étudier le style graphique novateur de cette inscription : un aspect particulièrement important puisqu’il s’agit ici de l’une des plus anciennes inscriptions monumentales datées à avoir une graphie agrémentée de rinceaux et d’ornements végétaux (style « coufique fleuri »). Le réexamen de cette inscription par Allegranzi est une contribution importante, et ce d’autant plus que la nature du texte conservé est un témoignage historique exceptionnel : le texte est daté et il s’agit de l’unique inscription monumentale conservée d’un émir samanide, Nūḥ II b. Manṣūr (r. 976-997), qu’Allegranzi identifie comme étant le commanditaire – et non le dédicataire – d’un mausolée, peut-être destiné à son père Manṣūr Ier.

3Dans la seconde partie de son article, Allegranzi s’intéresse au texte de fondation du mausolée d’al-Ḥakīm al-Tirmiḏī (m. 198/910 ?) à Termez (p. 112-123). L’auteure met en avant l’absence d’interactions entre chercheurs russophones et anglophones, et leurs conséquences sur l’interprétation de cette inscription. Ce texte, qui commémore probablement une rénovation du mausolée et de son décor, avait été rapproché du souverain qarākhānide Aḥmad b. Ḫiḏr, pour lequel les dates de règne étaient l’objet de dissensions (daté de 473-488/1081-1095 par Masson, de 473-482/1082-1089 par Blair). La prise en compte des sources numismatiques permet tout d’abord à Allegranzi de rétablir un règne en deux phases : de 1086 à 1089 puis de 1092 à 1095. Mais l’auteure rappelle également que les attributions des chercheurs russes ont plutôt associé cette inscription au gouverneur Aḥmad b. Abū Bakr b. Qumāč (actif sous le règne de Sanğar, 511-552/1118-1157). Cette interprétation induit une datation beaucoup plus tardive, avec la mise en place d’un premier programme décoratif au XIe-XIIe siècle, suivi d’une phase de rénovation entreprise dans le second quart du XIIe siècle – que commémore par la présente inscription. Le hiatus avec chercheurs russes et occidentaux est patent. Allegranzi propose une nouvelle lecture de cette inscription, accompagnée d’une nouvelle transcription, qu’elle prend soin de comparer aux lectures antérieures du texte (qu’elle retranscrit également). Elle offre ainsi un appareil critique étayé, qui la conduit à mettre en exergue les surinterprétations qui ont pu être faites à partir des données de l’inscription. Son analyse de la longue chaîne des titres honorifiques déployés, notamment, démontre un déploiement de titres en arabe, turc et persan, retentissants mais contradictoires, qui font de cette inscription un cas unique dans le monde iranien pré-mongol. Allegranzi en conclue que si leur analyse atteste d’une « volonté du commanditaire de légitimer son pouvoir en se rattachant aux différentes traditions culturelles en interaction dans le monde iranien des XIe-XIIe siècles » (p. 120), elle ne permet finalement pas de faire la lumière sur l’identité du commanditaire.

4En remettant en cause deux attributions pourtant communément admises et répétées à tort depuis des décennies, Allegranzi illustre brillamment ce que l’approche épigraphique peut apporter à l’histoire du monde iranien oriental. L’impact de cette étude doit être d’autant plus conséquente que les deux monuments en question sont emblématiques des études en architecture islamique, et que les inscriptions monumentales attestant d’un mécénat royal aux IXe-XIIe siècles sont rares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Aube, « Violla Allegranzi. « Vers un réexamen des inscriptions historiques du monde iranien pré-mongol : Étude des cas des mausolées de Tim et de Termez en Ouzbékistan » »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 16, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/53969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.53969

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search