Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-436. Religions (sauf Islam)6.2. ManichéismeNils Arne Pedersen, René Falkenbe...

6. Religions (sauf Islam)
6.2. Manichéisme
3

Nils Arne Pedersen, René Falkenberg, John Møller Larsen, Claudia Leurini (eds.). The New Testament Gospels in Manichaean Tradition: Syriac, Greek, Coptic, Middle Persian, Parthian, Sogdian, Bactrian, New Persian, and Arabic

Alexandre Perret
Référence(s) :

Nils Arne Pedersen, René Falkenberg, John Møller Larsen, Claudia Leurini (eds.). The New Testament Gospels in Manichaean Tradition: Syriac, Greek, Coptic, Middle Persian, Parthian, Sogdian, Bactrian, New Persian, and Arabic. Turnhout: Brepols, 2020, 540 p. (Corpus Fontium Manichaeorum : Series Biblia Manichaica).

Texte intégral

1Le présent volume II de la série Biblia Manichaica poursuit les travaux du précédent sur l’Ancien Testament en en poursuivant la méthode : le texte manichéen étant une récitation du texte biblique, et récitation ne signifiant pas nécessairement exacte reproduction, analyser les divergences, noter les gloses, mettre en évidence les passages identiques, pour faciliter le futur travail du chercheur. Conçue comme un recueil philosophico-théologique contenant des préceptes spirituels et éthiques, la « Bible manichéenne » est en effet une compilation de développements littéraires composés par des auteurs manichéens de langues grecque, copte, syriaque et alii à partir des Évangiles. Entre autres : la grande Prière des Émanations de Kellis, hymnaire égyptien de langue grecque, les Kephalaia gnostica coptes, des « psautiers », des homiliaires, des lettres (pour les salutations formulaires), etc. Nos auteurs ont eu l’idée très pertinente d’inclure les extraits des ouvrages rédigés contre les Manichéens, ainsi retrouvera-t-on saint Jérôme, Augustin, Théodoret de Cyr, ainsi que le principal apologète de l’orthodoxie contre le manichéisme : Titus de Bostra, auteur au IVe siècle d’un Contra Manicheos conservé en intégralité dans une ancienne version syriaque.

2Après quelques discussions introductives sur les sources, notamment la place du Diatessaron grec de Tatien de Syrie (IIe siècle ap. J.-C.), et l’utilisation des évangiles apocryphes (de Thomas entre autres), qui reflètent la problématique d’une harmonie ou dysharmonie des textes entre eux, l’ouvrage se présente comme une analyse de chaque glose évangélique, dans l’ordre canonique (Matthieu, Marc, Luc et Jean), puis de chacune de l’apocryphe de Thomas. On admirera d’autant plus l’impressionnant travail philologique de compilation et de comparaison croisée des différentes sources du corpus manichéen. On retiendra que le présent ouvrage vient confirmer la thèse de l’antériorité du Diatessaron sur les versions syriaques (Sinaiticus et Curetonianus Codex de la Vetus syriaca), car c’est cette version de l’Évangile que l’on retrouve dans le corpus manichéen, Mani ayant vécu au IIIe siècle de l’ère chrétienne commune. La parenté de Tatien supposée par les Pères de l’Église s’en trouve confortée.

3Travail fascinant, méthodique (la pédagogie de la préface en témoigne), pour résumer dans un involucre, à la fois pour le philologue, compte tenu de la pluralité des langues étudiées, et pour l’historien ou le théologien (car ne l’oublions pas, la Sogdiane manichéenne est une héritière de la presque défunte Église Nestorienne de l’Orient, dont la langue liturgique était le syriaque oriental – son écriture forma l’écriture sogdienne, et de nombreuses autres – et la théologie radicalement humaine et christocentrée un réceptacle de choix pour les influences perses et bouddhiques). Il est d’autant plus admirable que ce corpus soit arrivé jusqu’à nous qu’il recouvre les principales langues en usage du Nil à la vallée du Pamir… Et l’on remarque ainsi de quelle façon le monde perse a rencontré et assimilé le christianisme. On ne saurait donc trop conseiller la lecture de cet ouvrage qui reflète une version hétérodoxe de ce que le monachisme nicéen a donné de plus profond : la lectio divina et la liturgie des heures. On pourra recommander au lecteur de garder en mémoire que les textes manichéens avaient pour but d’être récités, et que leur valeur était certainement liturgique avant toute autre. Ne reste plus qu’à espérer les volumes III et IV sur les épîtres apostoliques et l’Apocalypse (évoquées dans les références textuelles) qui permettront de mieux comprendre l’élaboration de ces gloses par l’interprétation manichéenne des textes théologiques du Nouveau Testament. (Nous avons en effet été surpris de trouver l’expression πατέρα τῶν φώτων « Père des Lumières », employée par l’épître de saint Jacques (I, 17), au tout début de la Prière des Émanations de Kellis. Notons qu’elle se trouve également dans la liturgie byzantine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Perret, « Nils Arne Pedersen, René Falkenberg, John Møller Larsen, Claudia Leurini (eds.). The New Testament Gospels in Manichaean Tradition: Syriac, Greek, Coptic, Middle Persian, Parthian, Sogdian, Bactrian, New Persian, and Arabic »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 3, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/54069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.54069

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Perret

Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search