Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 42-4310. Histoire des Sciences et des ...Maria Subtelny. “Kāshifī’s Asrār-...

10. Histoire des Sciences et des Techniques
8

Maria Subtelny. “Kāshifī’s Asrār-i qāsimī: A Late Timurid Manual of the Occult Sciences and Its Safavid Afterlife”

Ziva Vesel
Référence(s) :

Maria Subtelny. “Kāshifī’s Asrār-i qāsimī: A Late Timurid Manual of the Occult Sciences and Its Safavid Afterlife” in L. Saif, F. Leoni, M. Melvin-Koushki, F. Yahya (eds.). Islamicate Occult Sciences in Theory and Practice. Leiden/Boston: Brill, 2020, p. 267-313.

Texte intégral

1Kamāl al-dīn Ḥusayn b. ʻAlī Vā’eẓ-e Kāshefī (m. 910/1504-5), prédicateur et grand lettré d’époque timouride, compte parmi ses œuvres également un traité de magie, Asrār-e Qāsemī (Les secrets de Qāsem), rédigé en 907/1501-2. Telle qu’elle nous est parvenue, cette œuvre est fondée en particulier sur deux traités arabes, Kitāb ʻuyūn al-ḥaqā’iq wa īḍāh al-ṭarā’iq d’Abū al-Qāsem Aḥmad al-Sīmāwī et Siḥr al-ʻuyūn (Kitāb-e Ibn-i Ḥallāj) d’Abū ʻAbdallāh Maghrebī, et contient la description de cinq sciences formant l’anagramme kulluhu-sirr: kīmiyā, līmiyā, hīmiyā, sīmiyā et rīmiyā. En dehors de l’alchimie, -la science la plus spirituelle d’après Kāshefī -, il s’agit dans l’ensemble de la description des pratiques de magie de différentes sortes où la place de choix revient à la conjuration des esprits, y compris selon la magie astrale. On trouve parmi les autorités citées notamment Ṭomṭom Hendī, personnage encore non-identifié à qui on doit par ailleurs la description des images des trois cent soixante degrés de l’écliptique utilisées en magie.

2Si l'appartenance éventuelle de Kāshefī au shiisme, par ses origines, n'est pas prouvée puisqu'il a vécu en milieu sunnite, son oeuvre est clairement alidophile et imamiste, ne serait-ce que par son Rowẓat al-Shohadā’. Dans cet article exceptionnellement riche, l'auteur démontre que le fait de se réclamer seyyed et de la descendance de ʻAlī, autorisait la rédaction des contenus de nature occulte et leur donnait un caractère universaliste. Ceci explique d'une part le choix du dédicataire, Qāsem-e Anvār (m. 837/1433), seyyed, maitre soufi charismatique et contesté, poète mystique et occultiste ; et explique d'autre part, le fait que Asrār-e Qāsemī a connu une grande fortune sous les Safavides, dès le début par le résumé Toḥfe-ye Khānī dû au fils de Kāshefī‚ ʻAlī Ṣafī en 928-9/1522-23, et particulièrement sous Shāh ʻAbbās I où le texte a subi maintes interpolations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ziva Vesel, « Maria Subtelny. “Kāshifī’s Asrār-i qāsimī: A Late Timurid Manual of the Occult Sciences and Its Safavid Afterlife” »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 42-43 | 2021, document 8, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/54336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.54336

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search