Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 4411. Littérature11.1. Littérature persane11.1.2. Littérature persane moderneHassan Mirabedini. Dukhtarān-e Sh...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.2. Littérature persane moderne
4

Hassan Mirabedini. Dukhtarān-e Shahrzād : Zanān-e nevīsandeh-ye īranī

Arezou Dadvar
Référence(s) :

Hassan Mirabedini. Dukhtarān-e Shahrzād : Zanān-e nevīsandeh-ye īranī [Les Filles de Shéhérazade : les écrivaines iraniennes]. Téhéran : Cheshmeh, 2021, 263 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose d’étudier l’évolution du statut et des travaux des écrivaines iraniennes. Comme d’autres écrits de l’A., cet ouvrage est suffisamment documenté et le sujet, la place occupée par les écrivaines dans la littérature iranienne, est examiné sous toutes les coutures. L’A. explique dès la préface que le livre est issu de deux articles distincts, ce qui se ressent pendant la lecture car il est dépourvu de lien logique et de passages préparant la transition d’un chapitre à l’autre.

2L’étude commence dans les années 1930 où selon l’A. il n’y a qu’une vingtaine d’écrivaines iraniennes, dont la plupart des écrits ont disparu aujourd’hui. L’analyse se poursuit jusqu’en 2020 en classant les écrivaines par époque selon la chronologie d’apparition de leurs ouvrages, plutôt que d’après le thème et le genre de leurs écrits, sauf dans le cas du réalisme et du réalisme magique. Les noms et les titres de livres sont ainsi mentionnés par-ci, par-là dans le texte, ce qui rend le suivi du travail de chacune d’entre elles un peu compliqué : par exemple, différents livres de S. Amirshahi, de G. Taraghi et de S. Daneshvar sont traités dans divers endroits du texte.

3Chaque écrivaine est présentée non seulement par une brève notice biographique, mais aussi à travers ses livres. Le thème de chaque livre est abordé en détail, l’A. les analyse sans pour autant tirer de conclusions à la fin de chaque chapitre, ce qui peut déconcerter le lecteur.

4Cependant, l’A. propose un aperçu complet de l’évolution du statut de l’écrivaine iranienne et il n’y manque que quelques détails : on constate souvent dans le texte l’influence de tel ou tel écrivain sur les écrits de telle ou telle écrivaine, mais jamais le contraire. Par ailleurs, les travaux des femmes dramaturges iraniennes telles que ceux de Pari Saberi, dont le nom est brièvement mentionné dans le livre, sont également absents.

5L’ouvrage vient tout de même combler le manque d’étude sur la condition et la place de l’écriture féminine dans l’Iran moderne, et ouvrir ainsi des pistes de recherche dans ce domaine rarement exploré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arezou Dadvar, « Hassan Mirabedini. Dukhtarān-e Shahrzād : Zanān-e nevīsandeh-ye īranī »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 44 | 2022, document 4, mis en ligne le 30 juillet 2022, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/54967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.54967

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search