Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 272. Linguistique2.1. Langues anciennesPaitimāna. Essays in Iranian, Ind...

10
Siamak Adhami

Paitimāna. Essays in Iranian, Indo-European, and Indian Studies in Honor of Hanns-Peter Schmidt. Volumes I & II, Costa Mesa (Ca.), Mazda Publishers, Inc., 2003, 397 p.

Compte-rendu réalisé par Philip Huyse

Texte intégral

1Le présent recueil à l’honneur de Hanns-Peter Schmidt se compose de deux grandes parties (appelées « volumes » par l’éditeur), correspondant aux deux principaux champs d’intérêt du savant, à savoir les études indo-européennes (pp. 1-156, pour huit articles), où les thèmes védiques occupent toutefois une place prépondérante, et le domaine iranien (pp. 157-397, pour treize articles), qui retiendra ici notre attention en premier lieu. Le livre ne contient malheureusement pas de biographie, ce qui est peut-être dû aux « desire for tranquillity and avoidance of the limelight » de H.-P. Schmidt, évoqués dans la préface (p. vii). En l’absence, on se rapportera à la brève notice dans Ac. Ir. 20, 1979, pp. 442-443. La bibliographie (pp. xiii-xviii) qui s’étale sur presqu’un demi-siècle, comprend 63 numéros, comptes rendus inclus.

2La seconde partie du volume, consacrée aux études iraniennes, comprend en général des contributions de haute qualité : dans le long premier essai (pp. 157-194), P. O. Skjærvø reprend en détail une idée qu’il avait déjà avancée à plusieurs reprises : tout en niant – à juste titre, à ce qu’il me semble – le caractère historique de Zarathustra, il y reconnaît dans les Gāthās l’incarnation du premier poète-sacrifiant mythique. Avec l’article suivant (pp. 195-249), de la main de M. Schwartz, l’on reste dans le domaine des Gāthās, avec une nouvelle étude sur la technique de leur composition, illustrée à l’aide du difficile Yasna 29, ainsi qu’un développement sur le symbolisme bovin, un thème cher au destinataire du recueil. Dans une étude détaillée et convaincante du terme avestique aṣ̌a- (pp. 250-265), A. Cantera revient sur l’origine du mot : iran. anc. *ṛ́ta- ou *rta-, et non *árta-. La substance du ciel dans la cosmologie mazdéenne, et en particulier son aspect mp. ābgēnag « cristallin », est réexaminée par W. W. Malandra (pp. 266-274). R. Schmitt discute les anthroponymes iraniens chez Aristote (pp. 275-299) : si l’on retrouve essentiellement des noms « connus » dans l’œuvre du philosophe grec, l’article permet à son auteur d’y présenter une dernière mise au point utile concernant les noms « difficiles » de Zoroastre, Cambyse et Cyrus. De son côté, Carlo G. Cereti compare dans un article très riche (pp. 300-320) le matériel onomastique des sources moyen-perses mazdéennes aux corpus des autres langues du moyen-iranien.

3A. Panaino reprend le dossier du terme moyen-perse māzdēsn (pp. 321-327), qui représente à la fois avest. mazdaiiasna- et les formes vṛddhi māzdaiiasna-i-. W. Sundermann (pp. 328-338) présente une étude sur les ressemblances et différences du démon Āz dans les doctrines zoroastrienne et manichéenne, en laissant à d’autres le soin de déterminer dans quelle mesure le concept mazdéen a pu influencer celui des manichéens. T. Daryaee (pp. 339-349) revient sur l’épithète mp. gilšāh « roi d’argile » du Premier Homme Gayōmard, devenu garšāh « roi de la montagne » dans les textes pāzand suite à une fausse interprétation de l’écriture pehlevie ambiguë. R. N. Frye (pp. 350-354) se met à la recherche des « missing Achaemenids », sans aboutir à une conclusion définitive. A. Sh. Shahbazi (pp. 355-362) examine la légende autour de la mort du roi sassanide Yazdgerd Ier, dit le « Pécheur » dans les sources arabes et persanes ; celui-ci aurait succombé aux suites d’un coup de pied de cheval, et Shahbazi fait un rapprochement intéressant avec les croyances iraniennes autour de Mithra comme juge divin. Des réflexions méthodologiques stimulantes sur l’approche de l’histoire sassanide sont fournies par R. Shayegan (pp. 363-384) : en abordant brièvement la question du point de vue de l’histoire socio-économique, politique, ainsi que de l’histoire des mentalités, il propose de diviser l’histoire sassanide en quatre périodes (šāhān šāh, kayān, abzōn, xwarrah abzūd), correspondant aux changements dans la titulature des rois sassanides dans les légendes monétaires. L’éditeur du volume Siamak Adhami conclut lui-même ce recueil intéressant avec une suggestion ingénieuse et tentante pour le déchiffrement de deux monogrammes (à lettres) sphragistiques sassanides (pp. 385-397), où il propose de lire les titres mp. ⁾mrgr /āmārgar/ « comptable, intendant, contrôleur des impôts » et mp. mgw /mow/ « mage ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Huyse. Siamak Adhami, « Paitimāna. Essays in Iranian, Indo-European, and Indian Studies in Honor of Hanns-Peter Schmidt. Volumes I & II, Costa Mesa (Ca.), Mazda Publishers, Inc., 2003, 397 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 10, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5507

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search