Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 40-4112. Monde iranien, période contem...Alice Bombardier. Les pionniers d...

12. Monde iranien, période contemporaine
3

Alice Bombardier. Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran - Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Agnès Devictor
Référence(s) :

Alice Bombardier. Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran - Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940. Peter Lang, 2017, 362 p, ISBN 978-3-043-2741-1

Texte intégral

1En étudiant les modalités d’apparition de la Nouvelle peinture en Iran, Alice Bombardier ne fait rien moins que de combler en France un angle mort de l’histoire de l’art : elle permet de comprendre comment une modernité artistique « à l’iranienne » s’est développée en Iran tout en l’inscrivant aussi dans un cadre mondial au tournant des années 1940. Cet ouvrage est essentiellement le fruit de trois sources : l’exhumation de collections ; la traduction des textes critiques que les pionniers de ce mouvement ont écrits dans les revues qu’ils ont d’ailleurs créées, geste emblématique de la modernité ; des entretiens avec ces peintres et leurs héritiers, grâce à de longs séjours en Iran (2005-2009), dans les pays du golfe Persique (2009), et jusqu’à la côte californienne (2010). L’enjeu de cet ouvrage, richement illustré de reproductions de tableaux majeurs ainsi que de textes originaux (manifestes, critiques), est d’inviter à la découverte de cette aventure artistique.

2C’est tout d’abord le processus de cette éclosion que l’auteure étudie. Sous les Qajars (1786-1925), la peinture quitte en partie la cour pour gagner des ateliers dans le Bazar. Mohammad Ghaffary (1848-1940), qui obtient du roi qajar le titre honorifique de Kamal ol Molk en 1893, embrasse désormais totalement la perspective scientifique dans ses œuvres, et cherche à être le plus fidèle possible à la nature et aux situations observées devenant ainsi le chantre de la Peinture du réel. Étudiant à l’École Polytechnique puis enseignant à l’École des Beaux-Arts qu’il crée en 1911 dans l’effervescence de la Révolution constitutionnelle, il instaure un académisme avec une pédagogie de la copie et intègre une influence de la peinture occidentale, notamment de l’orientalisme, qu’il acclimate cependant à l’Iran par ses sujets

3Une autre rupture dans la peinture iranienne a lieu avec Hossein Esfandi qui prend le nom de Hossein Behzad en référence au plus grand miniaturiste de l’époque timuride et crée la Nouvelle miniature. C’est à la suite de sa rencontre avec des manuscrits anciens illustrés de miniatures qu’il voit dans les années 1910 à Paris qu’il compose avec l’héritage pictural iranien en reprenant des formes de la miniature classique, mais en la détachant du manuscrit pour changer de format, gagner la toile, introduire des ombres et des éléments de perspective, se rapprochant ainsi de la Peinture du réel. Si Kamal ol-Molk restera une figure tutélaire, ce n’est pas à la source de cette néo-miniature que puiseront les pionniers de la Nouvel peinture quelques années plus tard. Celle-ci doit autant aux avant-garde européennes qu’à la Nouvelle poésie iranienne qui avait dès les années 1920 pulvérisé les codes de la rime et du rythme classiques, et introduit une subjectivité, avec des poètes comme Nima Yushidi. En 1921, son poème Légende, qui s’adresse, rien de moins, qu’à la figure majeure de Hafez, devient le manifeste de la Nouvelle poésie, dite aussi « poésie libre ». Dans ce processus de rupture, les années 1930, comme le souligne Alice Bombardier, sont celles où Ali Akbar Dehkhodah écrit son dictionnaire d’un persan moderne et où Mohammad Ali Djamalzadeh importe le genre de la nouvelle, qui explore un persan proche du parlé quotidien. La langue est en révolution.

4À partir de 1925, le régime de Reza Shah conduit une politique de modernisation autoritaire qui prend progressivement acte de la nécessité d’intégrer l’art iranien sous ses formes les plus neuves dans les musées et d’organiser de grandes expositions artistiques telles qu’elles fleurissent alors en Europe, mais son action se limite en définitive à valoriser l’architecture et le patrimoine archéologique. À partir des années 1940, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, l’Iran connaît une phase d’ouverture politique, sociale et culturelle avec le renversement du shah et la suppression de la censure en 1941, ce qui favorise des explorations artistiques. Les mouvements massifs de troupes étrangères (anglaises, russes, américaines et polonaises) qui comportaient nombre d’artistes dans leurs rangs, ont mis en contact des Iraniens avec des idées nouvelles venues d’ailleurs. C’est dans ce contexte que les pionniers de la Nouvelle peinture commencent à se faire connaître. Dès 1939, la Faculté des Beaux-Arts qui a remplacé l’Ecole des Beaux-Arts, a développé une pédagogie alternative fondée sur la liberté de création, contre l’imposition de dogme de la copie et de l’utilisation rigoureuse des codes de la couleur. Mais les tenant de la Peinture du réel, encore au cœur de l’institution, ne cèdent pas aux sirènes de la modernité et des crises éclatent, comme celle du « concombre rouge » en 1944-45. L’élève Mahnucher Yektai qui dessina dans sa nature morte un concombre taché de rouge est sommé par son professeur, Mohammad Ali Heydarian, de copier fidèlement la nature et de l’imiter. Yektai quitte alors la salle de classe, puis l’université et le pays, mais pas la peinture. La Faculté des Beaux-Arts aura été la pépinière de ce mouvement qui n’a de cesse de se démarquer du corporatisme et du régime académique de la Peinture du réel, et qui rassemble Hushang Pezeshknia, Hossein Kazemi, Mahmud Djavadipur, Sohrab Sepehri, Hushang Irani, Mehdi Vishkai, Ahmad Esfandiar, pour ne citer qu’eux, et dont le peintre Djalil Ziapur incarne la figure théoricienne. Cherchant à toucher un vaste public, ils multiplient les expositions, individuelles ou collectives, d’abord dans les centres culturels étrangers jusqu’à ce qu’en 1949, ils créent le Club-Galerie Apadana et l’une des premières associations artistiques : l’Association du Coq combattant, appuyée sur la revue du même nom.

5Alice Bombardier décrit l’aventure de chacune de ces galeries et de ces revues et montre combien poésie et peinture trouvent ainsi un espace pour la réflexion autour de ces explorations formelles et de diffusion. Sohrab Sepehri, par exemple, y manie autant la plume que le pinceau. Malgré leur courte durée de vie, ces revues se succèdent, culminant avec Apadana en 1956. Cette publication accueille aussi des penseurs et poètes étrangers comme Henri Michaux ou T.S. Eliot, témoignant d’une cohabitation de ces modernités plurielles. Il faut néanmoins attendre 1958 pour que la première Biennale d’Art salue ce renouvellement. Au début des années 1960 Mohammad Reza Shah instrumentalise cette modernité artistique au service de l’image du pays, quand son épouse, Farah Diba, à l’origine d’une politique d’ouvertures de musées, lance aussi une entreprise de collection des maitres mondiaux de la peinture contemporaine.

6Alice Bombardier historicise aussi le développement de cette peinture moderne au regard des courants majeurs qui structurent le champ intellectuel iranien dans la seconde partie du XXe siècle. Elle formule l’hypothèse selon laquelle la pensée de Djalal Al-e Ahmad, dès sa nouvelle Ziarat (1949), peut être considérée comme la source d’un des développements de cette modernité picturale au travers du mouvement saqqakhaneh. Ce courant qui se développe dans les années 1960 puise dans les motifs des religions de l’Iran ancien, dans l’islam et la culture populaire shi’ite tout autant que dans la peinture abstraite. Prenant ses distances avec une influence explicitement occidentale, il n’en n’est pas moins moderne par les usages de matériaux (sable, ciment) et de techniques (collage, montage), et par la réinterprétation de motifs religieux et populaires. Cette peinture se décline en écho avec la pensée de Al-e Ahmad qui fustige les effets de l’occidentalisation sur l’Iran, notamment dans son essai sur l’Occidentalite (1962), et avec les écrits d’Ali Shariati qui propose une réinterprétation d’un Islam social et moderne. Ces textes polémiques à l’égard du régime impérial font partie des sources qui irriguent les nouvelles explorations de la modernité picturale. Jusqu’à la révolution de 1979, héritage national et influence occidentale ont été débattus avec de plus en plus d’énergie. C’est dans ce contexte que les pionniers de la Nouvelle peinture ont alors été accusés d’avoir trop cédé aux sirènes de l’Occident.

7Un apport majeur de ce livre est d’interroger précisément cette influence occidentale dans le mouvement de la Nouvelle peinture qui ne se limite pas à copier des maitres étrangers, mais à réellement s’approprier ce phénomène de rupture. Il éclaire ainsi le rôle de Van Gogh et de Picasso, tant pour leur style pictural que comme figure transgressive.

8L’œuvre manifeste de la Nouvelle peinture, Bain public, signée par Djalil Ziapur en 1949, et exposé en 1950, représente des femmes nues au hammam, dans un style cubiste. Si elle cite explicitement Les Demoiselles d’Avignon, elle s’inscrit aussi dans un contexte très iranien, avec des visages de femmes aux sourcils arqués tels que la peinture qajar les représentait. Mais cette influence du cubisme doit être elle-même historicisée comme le fait A. Bombardier. Les années de formation de Ziapur à Paris se déroulent dans le contexte d’après-guerre, fortement marqué par le traumatisme de l’occupation allemande, qui a alors pour conséquence que critiques et commissaires d’expositions français cherchent à restaurer les moments glorieux de la vie artistique d’avant la guerre, faisant du cubisme une invention spécifiquement française. Ziapur découvre ainsi le cubisme tel qu’il est regardé à cette époque, c’est à dire fortement teinté de nationalisme français. Et à son retour en Iran en 1948, il conçoit sa propre vision du cubisme, « à l’iranienne », pétri quant à la forme d’un style pictural qui fusionne inspiration occidentale, techniques vernaculaires et ancrage national. Tout aussi passionnante et éclairante est l’étude de l’influence d’un livre traduit en persan, les Lettres à Théo sur la scène artistique moderne iranienne. Van Gogh incarne un mode de création plus intériorisé et combatif, sans cesse en rupture, avec une sensibilité sociale aux paysans et ouvriers dans laquelle Hushang Pezashknia, Mahmud Djavadipur, ou Ahmad Esfandiari se reconnaissent en leur temps. Et dans sa conférence de mai 2010 au Centre Pompidou, le maitre du cinéma, Abbas Kiarostami citera les Lettres à Théo comme déterminante dans sa vocation.

9Comme le note Sylvia Naef qui a co-dirigé avec Farhad Khoskhoravar la thèse de l’auteure, celle-ci contribue à écrire une histoire de l’art et des modernités plurielles au Moyen-Orient. Mais ce livre n’est en rien une publication rapide de l’exercice académique que représente une thèse. Il la dépasse et montre combien l’auteure s’est approprié son sujet, pour partager, avec modestie et rigueur, son savoir dans un ouvrage qui s’adresse autant à ceux qui étudient l’histoire de l’Iran aux XXe siècle que les chercheurs intéressés par le développement des modernités artistiques hors de la zone occidentale, ainsi qu’aux amateurs de peintures, de poésie, et d’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Devictor, « Alice Bombardier. Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran - Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940 »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 40-41 | 2019, document 3, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/55313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.55313

Haut de page

Rédacteur

Agnès Devictor

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Paris

Comptes rendus du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search