Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 446. Religions (sauf Islam)6.3. Autres religionsRobert Hoyland, Sebastian Brock, ...

6. Religions (sauf Islam)
6.3. Autres religions
1

Robert Hoyland, Sebastian Brock, Kyle B. Brunner, Jack Tannous. The Life of Simeon of the Olives: An entrepreneurial saint of early Islamic North Mesopotamia

Florence Jullien
Référence(s) :

Robert Hoyland, Sebastian Brock, Kyle B. Brunner, Jack Tannous. The Life of Simeon of the Olives: An entrepreneurial saint of early Islamic North Mesopotamia. (Texts from Christian Late Antiquity 66), Piscataway, NJ, USA: Gorgias Press, 2021, 224 p. ISBN : 978-1-4632-4346-3.

Texte intégral

1La Vie syriaque de Siméon d-Zaytē, ou Siméon des Olives, est l’une des pièces majeures de l’hagiographie syriaque orthodoxe produite après la conquête arabe. Elle était restée assez peu exploitée, à l’exclusion des travaux d’Andrew Palmer qui en donna d’importants éclairages à partir de traductions inédites d’extraits (Monk and Mason on the Tigris Frontier. The Early history of Ṭur ‘Abdin, [University of Cambridge Oriental Publications 39] Cambridge: Cambridge University Press, 1990). Ce livre composé à quatre mains par Robert Hoyland, Sebastian Brock, Kyle B. Brunner et Jack Tannous vient donc combler une lacune en présentant la première édition critique avec traduction complète de cette source importante. Les AA. fournissent également une présentation du matériau archéologique retrouvé dans la région où vécut Siméon.

2À la suite d’une grave maladie, après un vœu de ses parents, Siméon ayant recouvré la santé fut confié au monastère de Qarṭmin, dans le Ṭur ‘Abdīn, à l’âge de dix ans. Il en devint l’abbé entreprenant et bâtisseur avant d’être nommé évêque de la ville de Ḥarrān à la fin du VIIe-début du VIIIe siècle (m. 734). Ce texte fut rédigé par l’un des disciples de Siméon vers la fin de ce siècle. Il y montre l’évolution de la carrière de Siméon à un moment où la Mésopotamie du Nord était incorporée dans l’empire musulman. L’un des intérêts de la narration est aussi la description des échanges de la communauté chrétienne et spécialement Siméon avec les autorités musulmanes des villes de Nisibe et de Ḥarrān, en particulier lors de débats avec des théologiens musulmans organisés à la cour du calife al-Ma’mūn (m. 833) dont la politique culturelle et religieuse faite de mécénat et de soutien aux minorités productrices de savoirs permit le maintien et le développement des Églises chrétiennes sur son territoire. Fondateur à Bagdad de la « Maison de la Sagesse », un centre dédié aux traductions, al-Ma’mūn alors en guerre contre les Byzantins chercha à se réapproprier les sciences grecque, syriaque et perse, et à se poser en successeur des Sassanides. Le récit campe le protagoniste en fer de lance de la théologie miaphysite et en porte-parole des communautés syro-occidentales face à l’islam mais aussi aux autres mouvances chrétiennes : la Vita est en ce sens une source importante de connaissance sur les interactions inter-confessionnelles à cette période.

3La traduction est accompagnée d’une analyse du contexte de rédaction, des données historiques et des principales thématiques du récit. Une introduction substantielle forme le premier chapitre ; Robert Hoyland y établit un état de la recherche sur cette source et en présente les différents enjeux (« Introduction », p. 1-22). Le second chapitre : « The Life of Simeon of the Olives: A Christian Puzzle from Islamic Syria » par Jack Tannous (p. 23-46), réédite la version d’un article publié dans un livre d’hommage offert à Peter Brown en 2016 (Jamie Kreiner, Helmut Reimitz [eds], Motions of Late Antiquity: Essays on Religion, Politics, and Society in Honour of Peter Brown, [Cultural Encounters in Late Antiquity and the Middle Ages 20], Turnhout: Brepols Publishers, 2016, p. 309-330). Dans le chapitre suivant (chapter 3. « Simeon of the Olives and his World: Life on the Khabur Basin during the early Islamic period », p. 47-78), Kyle Brunner, faisant écho à l’ouvrage d’A. Palmer, montre combien la Vita offre un témoignage de premier plan sur la société d’échanges que constitue le monastère, inséré dans l’économie de la vallée du fleuve Khabur, au centre d’un réseau de commerce et de développement à un niveau micro-régionnal. Dans le quatrième chapitre se trouve l’édition critique du texte par Robert Hoyland et Kyle Brunner, avec sa traduction inédite par les soins de Sebastian Brock (p.79-164). Deux appendices viennent compléter l’ensemble, par Robert Hoyland : « Siméon aux funérailles de Mar Gabriel », et « Siméon à la cour d’al-Ma’mun ». Une bibliographie (p. 187-206) achève l’ouvrage, ainsi qu’un index des noms de personnes et de lieux (p. 207). Cette publication attendue est remarquable non seulement parce qu’elle offre au public une nouvelle source, éditée, traduite et contextualisée par les meilleurs spécialistes, mais aussi par son éclairage sur l’histoire et le développement d’une région frontière et sur les relations de la communauté miaphysite avec les nouveaux maîtres du sol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Jullien, « Robert Hoyland, Sebastian Brock, Kyle B. Brunner, Jack Tannous. The Life of Simeon of the Olives: An entrepreneurial saint of early Islamic North Mesopotamia »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 44 | 2022, document 1, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/55396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.55396

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search