Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 4411. Littérature11.1. Littérature persane11.1.0. GénéralitésBo Utas (ed.). A History of Persi...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.0. Généralités
2

Bo Utas (ed.). A History of Persian Literature

Francesco Calzolaio
Référence(s) :

Bo Utas (ed.). A History of Persian Literature. Vol. V: Persian prose. London/New York : I.B. Tauris, 2021, p. 562. ISBN : 9781845119065.

Texte intégral

1L’ouvrage, sous la direction de Bo Utas, professeur émérite de l’Université de Uppsala, en Suède, s’ajoute aux sept volumes de la vaste série A History of Persian Literature publiée par l’éditeur I.B. Tauris. Globalement, les contributions composant le volume visent à identifier et étudies les caractéristiques fondamentales de la littérature persane en prose, avec attention à la prose épistolographique, biographique, historiographique et didactique, les traités scientifiques et les œuvres de fiction. L’ouvrage se compose de dix chapitres :

2- C. Mitchell (“A Medieval Nexus : Locating Enshâ’ and its Ontology in the Persianate Intellectual Tradition, 1000–1500” p. 1-96) fournit l’histoire de l’épistelographie (enshâ’) produite en persan entre 1000 et 1500. L’A. montre l’importance des modèles arabes et discute la place de cette pratique dans la vaste catégorie de « littérature ».

3- L’étude de L. Marlow (“Advice Literature”, p. 97-145) revient sur les recueils de conseils, en retraçant “four types of literary expression in which the advisory objective has featured most conspicuously” (p. 97) : sentences de morale (sententiae), collections d’histoires et narrations, miroirs aux princes et traités sur l’éthique.

4- A. Gheissari (“Resâle, Maqâle, and Ketâb : An Overview of Persian Expository and Analytical Prose”, p. 146-216) s’interroge sur la prose analytique, une catégorie hétérogène d’écrits généralement désignés Resâle, Maqâle ou Ketâb. Là encore, la dépendance à l'égard des modèles arabes et l'utilisation de procédés rhétoriques, d’un langage élaboré et d’anecdotes sont mis en évidence.

5- Z. Vesel, en collaboration avec S. Brentjes (“Science in Persian”, p. 217-273) aborde la littérature scientifique en persan, en la considérant par rapport aux modèles arabes et en soulignant les éléments d’originalité [Compte rendu paru dans ce même numéro d’Absracta Iranica 44, R10, N°5].

6- La calligraphie est prise en considération par F. Richard (“Calligraphy”, p. 218-278), qui fournit une introduction précieuse à la culture manuscrite persane et à son importance pour la production et diffusion de la littérature persane.

7- B. Fragner (“Considerations on Literary Aspects of Persian Historiography”, p. 218-338) dresse une étude sur la littérarité de la prose historiographique persane, en évaluant attentivement les différents arguments pour et contre une lecture littéraire des textes historiques persans. Il convient de signaler que le sujet traverse également le volume X de cette série, justement consacré à l’historiographie persane dans son complexe.

8- L’écriture biographique est abordée par P. Losensky dans le chapitre suivant (“Biographical Writing: Tadhkere and Manâqeb”, p. 339-378), une étude des Tadhkere et des Manâqeb, les deux genres principaux de l’écriture biographique persane, dont l’A. explore l’histoire, les fonctions, et les caractéristiques stylistiques les plus importantes.

9- M. Afshari (“Stories and Tales : Entertainment as Literature”, p. 379-454) enquête sur le répertoire très riche d'histoires et de contes diversement désignées sous le nom de dâstân, qesse, revâyat et hekâyat, y compris celles portant sur les péripéties, largement imaginaires, d’Alexandre.

10- En connexion étroite avec le chapitre qui précède, le neuvième chapitre, toujours par M. Afshari (“Popular Anecdotes and Satire”, p. 455-480), se penche sur le vaste répertoire d’histoires, contes et anecdotes qui font la richesse de la littérature orale, et dont l’A. propose un aperçu général fort efficace.

11- I. Parsinejad (“The Development of Modern Persian Prose : From the Nineteenth to the Early Twentieth Century”, p. 455-519) termine le volume avec une étude de la prose persane moderne et de l'évolution rapide de genres et de conventions d'écriture millénaires. La langue écrite devient de plus en plus proche à la langue parlée et la relation étroite avec la littérature arabe se défait. En même temps, de nouveaux types de textes en prose trouvent leur place dans ce qui commence à être considéré comme « littérature » (adabiyyât) au sens moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Calzolaio, « Bo Utas (ed.). A History of Persian Literature »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 44 | 2022, document 2, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/55534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.55534

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search