Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 4411. Littérature11.1. Littérature persane11.1.2. Littérature persane moderneMohammad Mehdi Khorrami, Amir Moo...

11. Littérature
11.1. Littérature persane
11.1.2. Littérature persane moderne
5

Mohammad Mehdi Khorrami, Amir Moosavi (éd.). Losing our Minds, Coming to our Senses: Sensory Readings of Persian literature and Culture

Julie Duvigneau
Référence(s) :

Mohammad Mehdi Khorrami, Amir Moosavi (éd.). Losing our Minds, Coming to our Senses: Sensory Readings of Persian literature and Culture. Leiden: Leiden University Press, 2021, 272 p.

Texte intégral

1Ce livre dirigé par Mehdi Khorrami et Amir Moosavi propose d’ouvrir le champ de la littérature persane en y faisant entrer les études sensorielles, développées par David Howes dans le domaine de l’anthropologie. Il est pionnier dans ce domaine et correspond au désir maintes fois affirmé de Mehdi Khorrami de libérer la littérature persane contemporaine d’interprétations uniquement socio-politiques.

2Mehdi Khorrami et Amir Moosavi ont rassemblé autour d’eux des chercheurs bien établis comme Ali-Asghar Seyed-Gohrab ou Mohammad Ghanoonparvar et beaucoup de noms émergents de la critique littéraire persane, comme Sheida Dayani, Fatemeh Shams ou Amir Moosavi lui-même. Le livre est encadré par une introduction de Michael Beard et un très beau dernier chapitre consacré par Mohammad Ghanoonparvar au roman Shabhā-yé shurangiz de Monirou Ravanipour (dont il a achevé la traduction en anglais en 2019), qui soulignent tous deux la notion de « building block » employée par Mehdi Khorrami. Ces cubes de construction ou briques, sont les éléments fondamentaux à partir desquels l’écriture de fiction se développe, s’agence (on pense à l’étude de Michael Riffaterre sur la production du texte).

3Les cinq sens (et peut-être même le sixième) sont directement mobilisés lorsque l’on lit ou entend une œuvre poétique qu’elle soit roman, poème ou conte et, pour comprendre comment cela se passe, on lira avec bonheur la contribution de Mehdi Khorrami sur les paysages sensibles de Parviz Dava’i et de Hafez ; celle d’Ali-Asghar Seyed-Gohrab proposant une philosophie mystique des perceptions par les sens chez Roumi ; celle de Yas Alizadeh sur les contes ; celle d’Amir Moosavi sur le paysage sonique de la guerre chez Hossein Abkenar ; celle de Fatemeh Shams qui compare l’ensemble des phénomènes sensoriels liés à l’exil chez Elyas Alavi et Gloria Anzaldúa et enfin celle de M. R. Ghanoonparvar mentionnée plus haut sur Monirou Ravanipour.

4L’ouvrage fait une place également à d’autres formes d’expression avec la passionnante ré-interprétation psychanalytique et sensible du ta’ziyeh par Sheida Dayani et la contribution de Shabnam Piryaei sur La maison est noire de Forough Farrokhzad. Enfin l’analyse visuelle et sonore du journal Shuresh par Neda Bolourchi propose une nouvelle interprétation des journaux politiques.

5Cet ouvrage ouvre donc de nouvelles perspectives à l’étude de la littérature persane contemporaine, qui n’excluent pas les analyses des significations d’un texte, mais viennent bien plutôt leur donner plus d’épaisseur sensorielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Duvigneau, « Mohammad Mehdi Khorrami, Amir Moosavi (éd.). Losing our Minds, Coming to our Senses: Sensory Readings of Persian literature and Culture »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 44 | 2022, document 5, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/55811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.55811

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search