Skip to navigation – Site map

HomeAbstracta IranicaVolume 453. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...Ehsan Behbahani-Nia. “Tall-i Takh...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.2. Ouest de l’Iran
3.2.2. Pré-Achéménides et Achéménides
6

Ehsan Behbahani-Nia. “Tall-i Takht: New Evidence on the Construction of Pasargadae’s Terrace”

Rémy Boucharlat
Bibliographical reference

Ehsan Behbahani-Nia. “Tall-i Takht : New Evidence on the Construction of Pasargadae’s Terrace”, The Journal of Ancient Architecture, 1, 2022, p 37-64.

Full text

1L’A. propose une approche nouvelle et précise de l’élévation des murs de soutènement du Tall-i Takht de Pasargades, à partir de la façade ouest. Son étude bénéficie des travaux antérieurs de Carl Nylander (Ionians in Pasargadae, 1970, p.75-90) et D. Stronach (Pasargadae, 1978, p.12-23), mais elle est beaucoup plus précise. Elle met clairement en évidence deux parties, séparées exactement à la moitié de la façade ouest, chacune travaillée par deux groupes de maçons avec des méthodes légèrement différentes, mais sans incidence sur le résultat final (ravalement achevé, final state of dressing) attesté par seulement 28 blocs (côté sud) ou presque final (49 blocs). À l’intérieur de ces deux grands groupes correspondant chacun à une moitié de la façade, le travail était distribué en sous-équipes, ce que laisse deviner la répartition de l’état du travail des blocs sur la figure 6. L’ensemble de ces travailleurs étaient majoritairement d’origine iono-lydienne, ce qui a été reconnu depuis longtemps, mais appartenant à deux ateliers différents, ou plus.

2E.B-N. distingue quatre phases dans le traitement des blocs, du parallélépipède brut arrivant de la carrière à la surface achevée avec sa bordure polie et le centre en léger relief aplati ou lisse. Il conserve le terme « marques de maçons » pour les signes gravés sur une partie des blocs, mais non ceux qui sont totalement achevés alors lissés, faisant l’hypothèse que les équipes de carriers et les équipes de maçons effectuant la mise en place sont les mêmes personnes ou équipes, puisque plusieurs marques lapidaires sont attestées dans les carrières de Sivand d’où proviennent les blocs.

3Un détail technique inattendu : alors que dans les monuments iono-lydiens et grecs, ainsi que, par exemple, sur le Takht-i Rustam près de Persépolis, le ravalement final s’effectue de haut en bas de l’élévation, en particulier pour ne pas risquer d’abîmer les assises inférieures, au Tall-i Takht, lorsque le processus est visible, le ravalement est effectué de bas en haut. Est-ce systématique ou bien lié à la progression propre à chaque sous-chantier ?

Top of page

References

Electronic reference

Rémy Boucharlat, Ehsan Behbahani-Nia. “Tall-i Takht: New Evidence on the Construction of Pasargadae’s Terrace”Abstracta Iranica [Online], Volume 45 | 2023, document 6, Online since 30 November 2023, connection on 18 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/abstractairanica/56355; DOI: https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56355

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search