Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 453. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...Matt Waters. King of the World. T...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.2. Ouest de l’Iran
3.2.2. Pré-Achéménides et Achéménides
8

Matt Waters. King of the World. The Life of Cyrus the Great

Rémy Boucharlat
Référence(s) :

Matt Waters. King of the World. The Life of Cyrus the Great. Oxford: Oxford University Press, 2022, 272p., biblio., index, ca. 30 ill.

Texte intégral

1Ce livre sur Cyrus est le troisième paru dans la dernière décennie. Voir T. Daryaee (ed.), Cyrus the Great, An Ancient Iranian King, 2013, Santa Monica CA, et R. Shayegan (ed.), Cyrus the Great Life and Lore, 2018, Ibex Foundation series no. 21, Cambridge. Deux ouvrages collectifs réunissant des articles variés qui ont une relation avec Cyrus. Il faut ajouter deux ouvrages concentrés sur le Cylindre de Cyrus publiés également en 2013, à l’occasion du tour effectué par ce document très symbolique dans différents musées occidentaux. L’ouvrage de M. Waters se distingue de ses deux prédécesseurs en ce qu’il est homogène, traitant de la vie et de l’œuvre de Cyrus par un seul auteur, spécialiste incontesté d’histoire néo-élamite et achéménide depuis trois décennies.

2S’adressant à un large public, le livre suit un plan assez classique : Anshan (les territoires de la Perse et de l’Élam) avant Cyrus, l’enfance et jeunesse du prince, les conquêtes au Moyen Orient, la prise de Babylone et Cyrus dans les textes mésopotamiens, l’organisation de l’empire, Cyrus dans la littérature gréco-latine et orientale. Parmi les trois Appendices, on note celui sur les Teispides et les Achéménides, traitant du contexte historique de l’émergence de Cyrus et de sa famille, de ses titres, selon la langue des inscriptions et leur auteur, et des rapports généalogiques avec la branche de Darius. La bibliographie est actualisée jusqu’en 2021.

3Pour le lecteur non spécialiste, le chap. 1. Introduction fournit un exposé clair sur l’état de cette partie du monde oriental au 7e et première moitié du 6e siècle av. n. è. Il souligne l’importance, longtemps méconnue, du royaume de Anshan/Parsumash, attesté surtout au travers des inscriptions de l’ennemi néo-assyrien (cf. le sac de Suse en 646). Les artefacts de cette période sont un peu mieux connus depuis quelques décennies grâce à la découverte de deux tombes princières, mais aussi par la réévaluation, en cours, de documents sigillographiques (sceau de Cyrus I connue par des empreintes à Persépolis), et des données archéologiques de Suse néo-élamite.

4Dans le chapitre 5- The Imperial Project, MW se démarque des tenants fervents d’un Cyrus réformateur et novateur. Il souligne la continuité des pratiques administratives qui reprennent largement l’organisation des entités mésopotamiennes et élamite. De même, l’idéologie impériale n’est guère différente de celle de l’empire assyrien, le roi est le centre d’un empire universel (King of the World). En revanche, pour la religion, Cyrus n’est pas le dévot d’une divinité supérieure à tout autre comme chez les Assyriens ou Néo-Babyloniens. Mazdéen peut-être, zoroastrien, t non, il renvoie chaque peuple à ses croyances et à ses dieux, libre à chacun de restaurer ses lieux de culte (d’où sa réputation construite par les Judéens sur sa magnanimité). Pour M. Waters —et il faut lui donner totalement raison— un Cyrus fondateur des « droits humains » est totalement inapproprié et anachronique, n’en déplaise aux admirateurs de l’ex-shah tout comme à ceux de la République islamique d’Iran, qui ose récupérer ce qualificatif. Comme pour ses devanciers, le principe qui régit le comportement du prince est avant tout la justice.

5Les documents écrits contemporains de Cyrus sont peu nombreux, mais le Cylindre de Cyrus est une pièce majeure, à la différence de ses successeurs, Darius principalement. De même les témoignages archéologiques sont rares, et pour les sites, ils sont limités à Pasargades, une des résidences royales, mais la seule construite par Cyrus, dont l’auteur donne une bonne description en quelques pages. L’ouvrage de M. Waters atteint son objectif en étant très accessible, avec le complément plus savant de copieuses notes pour qui veut en savoir plus et une bonne bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat, « Matt Waters. King of the World. The Life of Cyrus the Great »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 45 | 2023, document 8, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/56380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56380

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search