Navigation – Plan du site
47
B. A. Litvinskij et T. I. Zeymal’

The Buddhist monastery of Ajina Tepa, Tajikistan. Rome, (Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente / Academy of Sciences of Tajikistan), 2004, 196 p., 113 figs. dans le texte + XII pl. coul. h.-t.

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1Publication anglaise très soignée du plus important site bouddhique fouillé sur la rive nord de l’Oxus, situé dans la principauté du Vakhsh relevant de la région historique du Tokharestān.

2Le monastère, édifié vers le milieu du 7e s., a été brusquement abandonné avant le milieu du 8e s., sans doute à la suite de la première invasion arabe du Vakhsh en 739. Il comprend deux parties de taille identique : une cour à stūpa entourée d’un corridor donnant lui-même sur des chapelles, et un vihāra avec les bâtiments monastiques centré sur une cour elle aussi entourée d’un corridor, avec une pièce plus importante au milieu de chacun des quatre côtés. Ce dernier plan offre une préfiguration remarquable de celui des madrasas islamiques attestées à partir du 11e s. (la question des filiations possibles est discutée en détails pp. 66-71). Le corridor autour du stūpa a livré un grand Bouddha couché en terre crue, long de 13 m., aujourd’hui exposé au Musée de Douchanbé.

3Le texte et l’illustration reprennent pour l’essentiel ceux de l’ouvrage russe publié en 1971 par les mêmes auteurs (Adžina-tepe. Arxitektura, živopis‘, skul’ptura, Moskva). Ils sont toutefois substantiellement augmentés par la prise en compte des campagnes de 1968-1975 qui avaient permis d’achever la fouille de la partie monastique, ainsi que pour le dernier chapitre, qui en une cinquantaine de pages donne l’étude la plus complète qu’il soit aujourd’hui possible de lire sur l’archéologie du bouddhisme dans l’Asie centrale occidentale. L’intérêt du chapitre 2 sur l’architecture va bien au-delà de la simple publication de la fouille : c’est un véritable traité sur l’histoire et la technique de la voûte en Asie centrale préislamique. Dans le chapitre final, la mise à jour de l’information et de l’état des questions est parfois un peu incomplète : ainsi, p. 155, la date finale du monastère de Kara-tepe est fixée au 3e s., alors que les travaux conduits par T. Zejmal’ (pourtant co-auteur du présent ouvrage) suggèrent des réoccupations partielles plus tardives ; p. 167, la chronologie basse des Kouchans est toujours considérée comme une option possible, sans que soit cité (mais peut-être est-il paru trop tard) l’article de H. Falk, Silk Road Art and Archaeology 4, 2001, fixant à 127 la date de Kanishka ; p. 172, le Waručān-šāh converti au manichéisme par Mār Ammō est supposé se situer au sud de Balkh alors que W. Sundermann l’a depuis identifié au roi de Georgie ; p. 176, une image bouddhique trouvée à Samarkand est mentionnée, mais l’objet publié par K. Abdullaev date en fait des 11e-12e s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. B. A. Litvinskij et T. I. Zeymal’, « The Buddhist monastery of Ajina Tepa, Tajikistan. Rome, (Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente / Academy of Sciences of Tajikistan), 2004, 196 p., 113 figs. dans le texte + XII pl. coul. h.-t. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 47, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page