Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 273. Histoire, Art et Archéologie, ...3.1. Est de l’IranOtčet o raskopkax gorodišča drevn...

48
B. I. Maršak et V. I. Raspopova

Otčet o raskopkax gorodišča drevnego Pendžikenta v 2003 godu. Saint Pétersbourg. Musée national de l’Ermitage, 2004, 58 p. + 160 ill. (Materialy Pendžikentskoj Arxeologičeskoj èkspedicci, VI) [Rapport sur les fouilles de l’ancienne Pendjikent en 2003]

Compte-rendu réalisé par Étienne de La Vaissière

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran

Auteurs mentionnés :

Zhang Guangda
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles ont porté en 2003 sur le temple I, la riche maison de marchand du secteur XXVI, des maisons plus modestes aux alentours et des fermes et des naus sub-urbains. Au temple, la question de l’autel du feu a été renouvelée : la pièce qui l’abritait (n. 19), latérale dans l’architecture du temple, cessa de fonctionner dès la seconde moitié du 6e s. Elle a été plus complètement fouillée cette saison. B. Marshak fait par ailleurs l’hypothèse que le culte du feu n’ait pas été supprimé mais simplement déplacé vers la pièce n° 6 qui semble posséder les caractéristiques adéquates, quoique l’autel n’ait pas été retrouvé. L’idée est d’importance pour l’histoire du zoroastrisme sogdien mais ne peut être encore considérée comme prouvée. Un texte de Dunhuang oppose, au sein des cultes sogdiens, ceux du feu et ceux rendus à une divinité pleureuse ou pleurée (le chinois ne permet pas de distinguer) : le temple I aurait pu correspondre aux premiers cultes tandis que le second temple, où abondent les images de Nana, correspondraient à celui de la divinité pleureuse/pleurée. Voir Arts Asiatiques, 53, (1998), pp. 5-18 et Zhang Guangda, « Iranian religious evidence in Turfan Chinese texts », Chinese Art and Archaeology Digest, 4/1, (2000), pp. 193-208 et voir Abs. Ir. 23, c.r. n° 55. Les fouilles ont également continué sur la riche maison de marchand du secteur XXVI où a notamment été retrouvée une peinture du roi des démons. À l’extérieur des remparts, il faut noter que dans le naus 12, un squelette en position anatomique a été trouvé, ce qui peut correspondre soit à une étape du décharnement avant le transfert des os dans un ossuaire - par décomposition du cadavre sans recours aux chiens – c’est l’hypothèse des fouilleurs, soit peut-être à la sépulture définitive, sans utilisation d’ossuaire : en Chine, c’est ainsi que procèdent les Sogdiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne de La Vaissière. B. I. Maršak et V. I. Raspopova, « Otčet o raskopkax gorodišča drevnego Pendžikenta v 2003 godu. Saint Pétersbourg. Musée national de l’Ermitage, 2004, 58 p. + 160 ill. (Materialy Pendžikentskoj Arxeologičeskoj èkspedicci, VI) [Rapport sur les fouilles de l’ancienne Pendjikent en 2003] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 48, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5651

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search