Navigation – Plan du site
50
A. Miyaji

« The iconographic program of the murals in the ceiling of Bāmiyān caves. Bodhisattva Maitreya, Thousand Buddhas, Bejewelled Buddha and the scene of parinirvāṇ». Journal of Studies for the Integrated Text Science (Graduate School of Letters, Nagoya University), 1,1 (2003), pp. 121-152.

Compte-rendu réalisé par Frantz Grenet

Entrées d’index

Rubriques :

3.1. Est de l'Iran
Haut de page

Texte intégral

1La destruction des grands Bouddhas de Bāmiyān a entraîné un programme de sauvetage mis en œuvre par l’équipe japonaise du Japan Center for International Cooperation in Conservation, qui a effectué des prélèvements au C. 14 donnant pour la première fois une chronologie sûre (2e moitié du 5e s. pour les première grottes peintes, 2e moitié du 6e s. pour les grands Bouddhas, début 9e s. pour les dernières peintures). Parallèlement, l’intérêt que les philologues et historiens d’art japonais avaient toujours porté au site s’est trouvé revivifié. A. Miyaji qui avait travaillé sur le site dans les années 1970 livre avec cet article une très convaincante interprétation du programme iconographique de l’ensemble des grottes (niches des grands Bouddhas, niches des trois Bouddhas assis, autres grottes, grotte de Kakrak). Partout (sauf au-dessus du « petit » Bouddha debout) apparaît de manière récurrente le même programme, en entier ou partiellement : le Bouddha Maitreya au sommet, les « Mille Bouddhas », un Bouddha paré d’attributs royaux, le parinirvāṇa. A la niche du grand Bouddha debout, Maitreya est dans un cadre palatial peuplé de musiciennes dénudées. Une comparaison serrée avec les sūtras mahāyaniques consacrés à Maitreya (supposés composés en Asie centrale et, pour la plupart, subsistant seulement dans des versions chinoises des 3e-5e s.) prouve qu’il s’agit du ciel des tuṣita où Maitreya réside en attendant de revenir comme le nouveau Bouddha, mettant fin à la période de déclin de la Loi inaugurée par le parinirvāṇa et, selon certains auteurs bouddhiques, poussée au pire lors des invasions hephtalites. Le « Bouddha paré » est le souverain universel (cakravartin) qui accueillera sa prédication (ou, selon certains textes, avec lequel il se confond). Les Mille Bouddhas seront ses successeurs. Brièvement mais nettement (pp. 128, 144), l’A. évoque le rôle probable du substrat local zoroastrien dans la vogue de ces thèmes sotériologiques. Bien que la parenté étymologique Mithra / Maitreya ne soit plus admise, on ne peut tenir pour indifférent que le « petit » Bouddha ait été surmonté par Mithra au char tandis que le « grand » Bouddha l’était par Maitreya au paradis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frantz Grenet. A. Miyaji, « « The iconographic program of the murals in the ceiling of Bāmiyān caves. Bodhisattva Maitreya, Thousand Buddhas, Bejewelled Buddha and the scene of parinirvāṇ». Journal of Studies for the Integrated Text Science (Graduate School of Letters, Nagoya University), 1,1 (2003), pp. 121-152. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 50, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5655

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page