Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 451. Bibliographie, Recueils d’arti...1.2 Recueils d’articles : revues,...Li Tang, Dietmar W. Winkler (eds....

1. Bibliographie, Recueils d’articles et Ouvrages
1.2 Recueils d’articles : revues, colloques, ouvrages collectifs
2

Li Tang, Dietmar W. Winkler (eds.). Silk Road Traces: Studies on Syriac Christianity in China and Central Asia

Christelle Jullien
Référence(s) :

Li Tang, Dietmar W. Winkler (eds.). Silk Road Traces: Studies on Syriac Christianity in China and Central Asia (Orientalia ‒ Patristica ‒ Oecumenica 21). Zürich: LIT Verlag, 2022, ISBN 978-3-643-91228-2, ISBN 978-3_643_96228-7 (PDF).

Texte intégral

1Les éditeurs poursuivent leur œuvre importante de collecte et d’analyse de nouveaux matériaux attestant la présence chrétienne syriaque en Asie Centrale, en Chine et en Mongolie (cf. par exemple Abstracta Iranica, vol. 42-43 (2021), R 6.3., n° 29 et Abstracat Iranica, vol. 37-38-39 (2018), R 6.3., n° 20). Avec ce nouveau volume, ils offrent au public scientifique de nouvelles investigations sur le développement de ces communautés le long des routes dites de la soie entre le VIe et le XIVe siècle, à partir des plus récentes découvertes archéologiques de sites chrétiens au Kirghizistan, au Kazakhstan et en Chine. Ce volume est le résultat de la sixième Conférence internationale de Salzbourg organisée en 2019 à Almaty au Kazakhstan, du 20 au 26 juin, réunissant une cinquantaine de participants internationaux. Plusieurs disciplines sont sollicitées, qui permettent une approche pluridisciplinaire du sujet et rendent compte des différentes facettes de ce phénomène d’expansion : archéologie, histoire, théologie et codicologie. La collection d’articles se déploie dans ces quatre domaines de recherche, essentiellement focalisés sur la période médiévale : les matériaux issus de fouilles récentes, spécialement à Bulayïq et à Ucharal dans l’est du Kazakhstan ; des études textuelles et de manuscrits retrouvés depuis peu dans ces espaces ; les sources secondaires avec des analyses historiques (en particulier sur les modalités de la mission chrétienne vers l’Asie Centrale et la Chine) et des réflexions sur la spiritualité et la doctrine exposées dans la documentation retrouvée.

2Nous présenterons les différentes contributions dans l’ordre de la Table des matières de l’ouvrage introduit par une préface qui contextualise l’organisation des travaux réunis et l’origine de leur mise en œuvre.

3Li Tang, « Syriac Christian Monastery in Shüipang, Turfan: Notes on the Recent Archaeological Report from China » (p. 9-21). L’A. présente une identification des structures architecturales du monastère de Xipang/Shüipang pièce par pièce avant de décrire les objets et éléments de décor qui y ont été retrouvés : monnaies, objets en bois, manuscrits (écrits en syriaque, ouïghour, chinois aussi) estimés appartenant à l’Église syro-orientale, restes de fresques à décoration florale ou ornées de portraits, certaines présentant des inscriptions (en syriaque ou en ouïghour). Une analyse détaille les différentes phases d’occupation de ce que les archéologues considèrent comme un monastère syro-oriental : la première pourrait remonter à l’époque Tang (VIIe-Xe siècles) avec des caractéristiques le rapprochant d’un monastère chrétien (jingjiao), et la seconde à la période du Royaume ouïghour de Qocho (IXe-XIe siècles). L’A. livre une première traduction des fragments, qui se rapprochent d’une liturgie pour les défunts. La question se pose des liens éventuels entre chrétiens syriaques, manichéens de la région, et bouddhistes présents dans les monastères des environs et dont on a retrouvé des manuscrits dans les ruines de Xipang/Shüipang. L’A. souligne les influences transculturelles dans les divers styles des décors, et l’environnement très favorable à des échanges entre mondes indien, iranien, chinois, ouïghour, greco-indien et sud-est asiatique.

4Bolormaa Oyunchimeg, “Christian Remains from Mongolia: An Introduction and Update” (p. 23-36). L’A. présente les vestiges chrétiens retrouvés en Mongolie et donne dans un catalogue détaillé avec photos une mise à jour des découvertes les plus récentes, en particulier des croix pectorales ou gravées sur pierre, sur brique et sur bol, une statue sculptée avec une croix, des inscriptions (syriaque et chinois) d’Ulaan Tolgoi.

5Steven T. Gilbert, “The Church of the East Cemetery at Ilibalyk” (p. 37-55). L’A. présente un état des lieux des découvertes faites dans le cimetière d’Usharal-Ilibalyk près de Zharkent au Kazakhstan : quatre-vingts tombes ont été retrouvées, dont trente-quatre appartenant à la communauté syro-orientale locale entre le XIIe et le XIVe siècle, présentant des décors de croix et des inscriptions, des restes de repas funéraires et des bijoux.

6Anthony J. Watson, “Site Surveys of Archaeological Sites of Potential Relevance to the Church of the East in the Vicinity of Koilyk, Kazakhstan (June-October 2018)” (p. 57-68). L’A. décrit en un inventaire exhaustif tous les sites de présence chrétienne autour de Koilyk/Qayalïq. Il propose d’identifier l’un d’eux, Qazybaev, au lieu de l’église de Guillaume de Rubrouck.

7Tjalling H.F. Halbertsma, “The Crosses of Shizhuziliang: Tracking Down Eight Christian Gravestones and a Marble Base” (p. 69-104). L’article fournit une présentation de la découverte du site de Shizhuziliang ainsi que de l’état de l’art afférent, avec une description des objets retrouvés dans les divers lieux, en particulier un cimetière (pierres tombales en particulier), et un monastère bouddhiste (à Poro).

8Xiaolin Ma, “Yonan of Almaliq and the Syro-Uighur Chifeng Brick (1253)” (p. 105-118). L’A. identifie le personnage de Yonan mentionné dans l’inscription bilingue vieux-ouïghour/syriaque de la brique de Chifeng à Yonan d’Almaliq, intendant et chancelier de Gengis Khan, auquel succéda son fils Bäküs après sa mort en 1253. Il évoque l’histoire d’une famille chrétienne de Jining à partir de stèles déjà publiées. On notera l’utile appendice qui livre une liste des anthroponymes conservés en chinois sur les stèles que l’A. reconstruit à partir de l’ouïghour et du syriaque. Au passage, le nom de Baršaba (p. 114, IV) témoigne de la permanence du nom du premier missionnaire chrétien syriaque parti vers les régions septentrionales de l’empire sassanide au IVe siècle, préservé dans la Chronique de Séert. Cf. Sebastian P. Brock, “Bar Shabba / Mar Shabbay, First Bishop of Merv”, dans M. Tamcke, W. Schwaigert, E. Schlarb (edd.), Syrisches Christentums Weltweit. Festschrift Wolfgang Hage (Studien zur Orientalischen Kirchengeschichte 1), Münster, 1995, p. 190-201.

9A. A. Musakaeva, “New Finds of Coins and Archaeological Objects with Christian Symbols from Sughd and Chach” (p. 119-144). L’A. présente un matériau numismatique qui confirme la présence chrétienne en Transoxiane ; il donne une classification à partir des types de l’époque Tang et en décrit les témoins par région. Une liste des illustrations (p. 138-144) vient clore l’article.

10Charles A. Stewart, “Iconography of Syriac Gravestones in Kyrgyzstan and Kazakhstan” (p. 145-182). L’A. plaide pour “monumentaliser” les pierres gravées et donne une typologie descriptive des croix d’Usharal-Ilibalyk près de Zharkent (voir dans ce même volume l’article de Steven T. Gilbert, p. 37-55) et leur analyse à partir de quatre thématiques : la croix figure du Christ, signe sacrificiel de la mort de Jésus, signe de victoire, marqueur identitaire et emblème apotropaïque. Riche illustration p. 174-181.

11Susan Balderstone, “The Church of the East: Is There a Theologically Contextual Typology for Church Architectural Form East of the Euphrates?” (p. 183-200). L’A. a choisi un corpus assez ouvert d’églises (monastiques et autres) dont les vestiges ont été publiés – en Mésopotamie (Tur ‘Abdin, Mossoul, Ctésiphon), dans le désert syrien (al-Hira), dans le golfe Persique (île de Kharg, Failaka) et en Asie Centrale (Urgut, Ak-Beshim), avec des comparaisons à l’appui des argumentations – afin d’y relever des manifestations doctrinales caractéristiques des communautés chrétiennes syro-orientales et miaphysites “inscrites dans la pierre”, c’est-à-dire à travers des spécificités architecturales. Selon l’A., ces différences ne se trouvent pas dans la facture des plans d’églises mais plutôt dans un aménagement spécifique du chœur/sanctuaire avec un positionnement particulier de l’autel, surtout pour les Syro-occidentaux. Un développement original est donné à propos des (éventuelles) influences iraniennes sur les aménagements architecturaux, plus spécialement en ce qui concerne le dôme ; pour l’A., l’apparition du dôme coïnciderait surtout à l’efflorescence du courant mystique aux VIIe-VIIIe s., et ce dans les deux communautés christologiques. Une riche documentation est fournie à partir des matériaux publiés.

12Li Tang, “Christian Communities in Medieval Central Asia: Syriac and Syro-Turkic Inscriptions from Zhetysu and the Chuy Valley (9th–14th Centuries)” (p. 201-222). Dans cette deuxième contribution au sein du volume, l’A. effectue une analyse sociographique du microcosme de cette société chrétienne de Zhetysu et de la vallée de Chuy à partir des données issues d’inscriptions en syriaque et en syro-turcique. Il donne en un tableau récapitulatif une liste très intéressante des différents grades hiérarchiques du clergé au sein de l’Église de l’Orient relevés dans les inscriptions funéraires de l’aire géographique à l’étude (p. 213) ; certains titres sont formés sur un vocabulaire militaire. Il reconstruit les lignages et relations familiales de plusieurs clans et souligne la diversité ethnique et linguistique de la communauté chrétienne, ainsi que l’importance stratégique des villages sur l’échiquier régional.

13Hidemi Takahashi, “Syriac Fragments from Turfan at Ryukoku University, Kyoto” (p. 223-252). Cette contribution a trait à une présentation détaillée et analytique de fragments syriaques conservés à l’université Ryukoku de Kyoto. En 2017, il avait identifié deux textes médiévaux à contenu magique de la Collection Ōtani dont la provenance restait inconnue et qu’il propose de dater du XIIIe siècle en provenance de Turfan.

14Plusieurs études concernent des approches codicologiques, onomastiques ou des études de vocabulaire. Erica C.D. Hunter, “Cursive Palaeography at Turfan: Exploring ‘Medial’ Estrangelà” (p. 253-270), fournit une présentation savante de la paléographie syriaque retrouvée à Turfan. Mehmet Tezcan, “The Name Saliba in Nestorian Turkic Epitaphs in Kyrgyzstan and Its Direct Relationship to the Word Čäläbī in Anatolian Turkish” (p. 281-296), étudie les équivalences terminologiques possibles entre l’héritage syriaque transmis en langue turcique dans l’épigraphie d’Asie Centrale et sa transmission en langue turcique d’Anatolie.

15Dietmar W. Winkler, “Rome, Constantinople and the Mongols: Latin and Greek Correspondence as Sources for the History of the Church of the East in Central Asia?” (p. 271-280). Cet article présente, en une approche à la fois synthétique et analytique, les sources épistolaires issues d’ambassades et d’échanges politiques entre les Mongols et les grandes puissances d’Occident.

16Peter Zieme, “Some Notes on Wedding Rituals in Old Uyghur and Ottoman Turkish” (p. 297-307). L’A. s’intéresse à un texte en turc conservé dans un manuscrit du IXe siècle décrivant un rituel de mariage, qu’il compare à un rituel de ce type conservé dans les fragments d’un manuscrit de Turfan composé au XIe siècle en vieil ouïghour. Il s’appuie sur une étude qu’il publia antérieurement (2015), et donne ici l’édition (transcription et traduction) commentée des textes.

17Harald Suermann, “Timothy as Sponsor of the Asia Mission” (p. 309-324). L’A. évoque la figure du catholicos Timothée Ier (m. 823), figure centrale des missions ad extra vers l’Orient “lointain”. Il définit lui-même ainsi le territoire qu’il administra : « toutes les provinces de Babylonie, de Perse, d’Assur ; et … toutes les provinces de l’Orient, et au Bēth-Hindūayē, au Bēth-Sīnūayē, au Bēth-Tuptūayē, et au Bēth-Turkūāyē, et dans toutes les cités soumises à ce siège patriarcal » (cité p. 310 à partir de la traduction de M. Heimgartner, Die Briefe 40 und 41 des Ostsyrischen Patriarchen Timotheos I [CSCO 673-674, script. syr. 261-262], Louvain, Peeters Publishers, 2019). L’A. évoque différents itinéraires de missionnaires envoyés par Timothée, à partir des données du Livre des supérieurs de Thomas de Marga au IXe siècle qui retraça leurs périples depuis leur monastère de Bēth-ʿAbē en Marga : celui du premier évêque Šūbḥalīšōʿ, celui de Yahballāhā, de Kirdag et Eliya envoyés dans le Gilān et le Delam – ce dernier étant ordonné évêque du Mūqān au nord du Delam. L’écrivain arabe chrétien ʿAmr ibn Mattā rapporte que Timothée aurait obtenu la conversion du roi des Turcs et d’autres souverains au christianisme, et correspondu avec un certain nombre d’entre eux. Cette correspondance est perdue, mais l’A. tente d’en reconstituer quelques éléments à travers la littérature épistolaire disponible. L’ouvrage de V. Berti, dont l’A. cite plusieurs travaux, aurait pu être utilisé : V. Berti, Vita e studi di Timoteo I, patriarca cristiano di Baghdad. Ricerche sull’epistolario e sulle fonti contigue, [Studia Iranica, Cahier 41. “Chrétiens en terre d’Iran” III], Paris, 2009, 395 p., (cf. Abstracta Iranica, vol. 32-33 (2013), R 6.3., n° 317).

18Andrew Plan, “The Friend of My Enemy: The Church of the East and Sino-Central Asian Relations in the Mid–9th Century” (p. 325-333). L’A. étudie la montée d’une idéologie ségrégationniste au sein des gouvernants T’ang (618-907) à l’encontre des communautés religieuses ou ethniques de leur empire : chrétiens, manichéens, mais aussi ouïghours, avec destructions des édifices de culte, confiscations de biens voire massacres perpétrés à leur encontre. Il discute la notion de xénophobie appliquée aux périodes anciennes, et analyse l’impact des mouvements migratoires dans la population chinoise qu’il estime à 12/19% à la suite d’Abramson (2018) ; l’Église de l’Orient profita des ouvertures représentées par l’avènement de la dynastie jusqu’à un repli après un tournant politique plus coercitif.

19Ali B. Langroudi, “How Exactly Did Mary Conceive Jesus by the Holy Spirit? A Philological Approach to the Reconstruction of the Pneumatology of the Sogdian Christians” (p. 335-354). L’A. examine les arguments théologiques de la pneumatologie développée par les Sogdiens lors de la traduction des évangiles, et discute du terme “pneumatologie” au prisme de la culture iranienne.

20Glen L. Thompson, “The Cross and Jingjiao Theology” (p. 355-374). L’A. aborde son sujet à partir d’une critique de l’étude de Charles Stang parue précédemment en 2017: “The ‘Nestorian’ (jingjiao) Monument and its Theology of the Cross”, dans H. Teule, E. Keser-Kayaalp, K. Akalın, N. Doru, M. S. Toprak (eds). Syriac in its Multi-cultural Context. Louvain, 2017, p. 107-118 ; cette étude remettait en question le contexte proprement syro-oriental de l’expresion théologique et artistique de la stèle de Xi’an en valorisant des influences extérieures au christianisme (confucianisme, taoisme, bouddhisme au côté de la religion chrétienne). L’A. présente un dossier développé sur la signification de la croix dans le christianisme syriaque et dans les divers contextes missiologiques en Chine, concluant à une homogénéité dans l’approche de ce symbole central de la foi chrétienne.

21Rong Huang, “The Humanity of Christ in the Jingjiao Dunhuang Manuscript Discourse on the One God” (p. 375-393). L’A. aborde son sujet à partir d’un texte contenu dans l’un des sept manuscrits des Ve-XIe siècles découverts à Dunhuang, le Discours sur le Dieu Un. Il discute la terminologie employée par le scribe pour désigner l’humanité du Christ : wuyin, en regard comparatif avec l’usage de ce terme dans le contexte du bouddhisme chinois.

22Baby Varghese, “Inculturation in the East Syriac Church in Central Asia and China” (p. 395-418). Cette contribution aborde le thème de l’inculturation à travers la traduction des évangiles (en moyen-perse, néo-persan, en langue sogdienne, etc.) et des textes liturgiques ou des compendia catéchétiques déjà édités. Il aborde la question des adaptations dans la pratique cultuelle (jeûne en particulier, rituels, prières) et l’utilisation de la croix en tant qu’objet apotropaïque ou magique proche des usages chamaniques.

23Cette nouvelle Conférence internationale de Salzbourg a produit un beau volume qui vient très heureusement présenter un état actualisé des recherches en cours sur les différents aspects du christianisme syriaque en Chine, en Asie centrale et le long des routes de la soie à l’époque médiévale, et son influence sur les milieux culturels qu’il pénétra. Il met à disposition de la communauté scientifique internationale de nouveaux matériaux édités, traduits et commentés, ainsi que de nouvelles réflexions historiques et théologiques. Un index fort utile pour des recherches transversales (p. 419-fin) vient clore le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Jullien, « Li Tang, Dietmar W. Winkler (eds.). Silk Road Traces: Studies on Syriac Christianity in China and Central Asia »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 45 | 2023, document 2, mis en ligne le 30 décembre 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/56578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56578

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search