Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 453. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...Henry P. Colburn. “Some Material ...

3. Histoire, Art et Archéologie, Période pré-Islamique
3.2. Ouest de l’Iran
3.2.2. Pré-Achéménides et Achéménides
23

Henry P. Colburn. “Some Material Correlates of Drinking in the Achaemenid Empire”

Anahita Zabeti
Référence(s) :

Henry P. Colburn. “Some Material Correlates of Drinking in the Achaemenid Empire” in T. Daryaee, Sh. Farridnejad (eds.). Food for Gods, Food for Mortals: Culinary and Dining Practices in the Greater Iranian World. (ČISTĀ Studies in the History, Cultures and Religions of the Iranian World, vol. 1), Irvine: University of California, 2022, p. 51-65.

Texte intégral

1C’est une nouvelle collection qui s’intéresse à l’histoire ainsi qu’aux aspects culturels et religieux du monde iranien avec un accent particulier sur les ‘sujets de niche’. Ce premier volume est consacré aux habitudes alimentaires et aux pratiques culinaires dans un contexte religieux ou social, à différentes époques.

2L’auteur met au centre de son discours le lien entre les cultures culinaires et les hiérarchies sociales comme une caractéristique principale de la plupart des sociétés en Asie et en Europe. Les pratiques culinaires, la complexité des recettes, les techniques et les ingrédients rares caractérisent la haute cuisine qui désigne le haut niveau de la société en possédant plusieurs éléments importants comme l’accès à la nourriture et des connaissances spéciales et variées pour les préparer et les consommer.

3Les tables royales achéménides sont des exemples connus de la haute cuisine telle que les sources grecques témoignent en particulier en termes de la quantité excessive de la nourriture. À cet égard, les tablettes élamites de l’archive des Fortifications de Persépolis et certains auteurs grecs confirment que le rang social est marqué par la quantité et la qualité de la nourriture dans le monde achéménide.

4Dans les dossiers archéologiques, les récipients pour boire fournissent des indices précieux au sujet des hiérarchies sociales et des pratiques de consommation de l’alcool à la cour royale achéménide. Grâce à des analyses iconographiques des reliefs à Persépolis ainsi que le modèle et le matériel des récipients trouvés sur des sites archéologiques, l’auteur propose plusieurs niveaux de distinction sociale. Le Rhyton, coupe en forme de corne ou de tête d’animal, le type le plus idiosyncratique de récipient pour boire achéménide, et la phiale, bol sans pied ni ans, indiquent trois niveaux respectivement : le niveau le plus élevé qui est celui du Grand Roi, ensuite le niveau très élevé, ceux qui ont dîné avec le Grand Roi et qui ont reçu des cadeaux, et le niveau élevé, ceux qui ont dîné avec le Grand Roi mais sans cadeau. Les bols achéménides, avec des rebords inversés, signalent un quatrième niveau : le niveau moyen de prestige social pour ceux qui n’ont pas été à la table royale. Le niveau bas touche ceux qui ne s’identifient pas à l’empire avec des récipients locaux.

5La découverte de ces objets à travers l’empire relève deux points : premièrement, certaines pratiques ont dû être répandues dans tout l’empire, et deuxièmement, la hiérarchie sociale qu’elles impliquent s’étend au-delà du cœur du Fārs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anahita Zabeti, « Henry P. Colburn. “Some Material Correlates of Drinking in the Achaemenid Empire” »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 45 | 2023, document 23, mis en ligne le 30 décembre 2023, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/56648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56648

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search