Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 456. Religions (sauf Islam)6.3. Autres religionsDavid Phillips. Dadishoʿ Qatraya,...

6. Religions (sauf Islam)
6.3. Autres religions
8

David Phillips. Dadishoʿ Qatraya, Commentaire sur le Paradis des Pères

Florence Jullien
Référence(s) :

David Phillips. Dadishoʿ Qatraya, Commentaire sur le Paradis des Pères. Introduction, texte critique, traduction et notes. 3 volumes. Révision par Laurent Capron, (Sources chrétiennes 626, 627, 628), Paris : Les Éditions du Cerf, 2022 (vol. I), 2023 (vol. II-III), 503 p., 584 p., 440 p. ISBN : 9782204147026 ; 9782204147033 ; 9782204147040. Publiés avec le concours de l’Œuvre d’Orient.

Texte intégral

1Ces trois volumes, fruit de presque 20 ans de recherches, constituent la première édition princeps du Commentaire sur le Paradis des Pères de Dadishoʿ Qaṭraya, figure majeure du courant ascético-mystique de l’Église syro-orientale de la fin du VIIe siècle. Il s’agit du seul commentaire continu, à l’époque ancienne, des dires et gestes des moines du désert égyptien transmis sous le titre de Paradis des Pères, un des textes fondateurs du monachisme chrétien. L’A. avance des arguments convaincants qui remettent définitivement en question l’attribution de l’ouvrage à ʿEnanishoʿ d’Adiabène. Dans une introduction sont brièvement présentés l’auteur et son œuvre (I, p. 9-14). Suit une analyse du Commentaire sur le Paradis des Pères (I, p. 15-60). Le texte commenté par Dadishoʿ est une compilation de quatre œuvres : deux attribuées à Pallade, une à Jérôme – qui correspondent à peu près à l’Histoire lausiaque et à l’Histoire des moines en Égypte – enfin les Apophtegmes des Pères. Le texte se présente sous la forme classique d’un dialogue formé de 399 questions et leurs réponses pour les trois tomes – un genre caractéristique de l’enseignement monastique.

2L’œuvre permet aussi de mettre en lumière la doctrine ascétique et mystique du religieux, mais aussi certaines pratiques monastiques qui avaient cours au sein du monachisme réformé, notamment au monastère de Rabban-Shabuhr où vécut Dadishoʿ. Les thèmes centraux de la vie spirituelle des grands maîtres constituent la trame de ce manuel de discipline monastique à l’attention des séculiers (« les justes ») comme des moines (« les parfaits », selon un vocabulaire déjà anciennement usité dans le Livre des degrés du IVe siècle par exemple) invités à progresser dans l’acquisition de la pureté du cœur et la pure prière par la voie d’une ascèse à la fois du corps, de l’âme et de l’esprit. Plusieurs thématiques comme la théorie des passions par exemple trouvent un ancrage dans la mystique évagrienne. Le traité porte aussi sur les diverses formes et étapes de la prière gravie au moyen du combat spirituel, pour atteindre l’union au Christ. La christologie de l’ascète est nettement dyophysite, comme le montre le contexte théologique de l’œuvre. Préférer l’appellation « miaphysite » à celle de « monophysite » (p. 55 par ex.) : cf. S. P. Brock, “Miaphysite, not Monophysite!”, Cristianesimo nella storia 37/1, 2016, p. 45-54.

3L’un des intérêts de l’approche de Dadishoʿ tient en ses citations patristiques. Sa méthode herméneutique consiste à gloser les textes et à construire des petites chaînes exégétiques selon les thèmes abordés. L’A. n’a pas toujours pu identifier les passages cités – témoins indirects de textes perdus ? Le moine syriaque s’appuie sur nombre d’œuvres citées comme des référents, spécialement celles d’Évagre le Pontique et Théodore de Mopsueste (avec des morceaux inédits), Abba Isaïe, Marc le moine, mais également côté syriaque Babaï (Bābiy) le Grand et Babaï “le scribe” de Ḥīra dont on sait qu’il rédigea plusieurs traités sur la vie monastique d’après le Livre des fondateurs (§ 74, éd. J.-B. Chabot, 1896, syr. p. 43, trad. p. 36) et la Chronique de Séert (éd. A. Scher, R. Griveau, Histoire nestorienne inédite, II/2 [Patrologia Orientalis 13], Paris, 1919, p. 591 [271]).

4Les manuscrits sont présentés, avec un stemma, ainsi que les modalités éditoriales ; une liste des mots spécifiques, que Dadishoʿ emploie parfois sans la rigueur voulue, est bien utile (I, p. 61-87). On pourra regretter que l’A. n’ait pas choisi d’éditer la version longue du plus ancien manuscrit (début du IXe siècle) car ce témoin est le plus complet, de surcroît syro-oriental, et a conservé les formes patronymiques originales et certaines mises en contexte. Une autre recension est constituée par un Épitomé daté du Xe siècle.

5La bibliographie (p. 89-97) comprend éditions et traductions, ainsi qu’un choix d’études (p. 99-101). On aurait pu mentionner l’article de Francisco del Río Sánchez, « Dadišoʿ du Qatar et la quiétude », dans A. Desreumaux (éd.), Les mystiques syriaques, (Études syriaques 8), Paris, 2011, p. 87-98. À noter que certains titres des notes de la traduction n’apparaissent pas dans la bibliographie.

6L’édition, sur les trois tomes, affiche commodément le syriaque avec sa traduction française en vis-à-vis, volontairement littérale. Ce travail de grande ampleur a le mérite, malgré ses nombreux errata, de proposer une editio princeps. Il n’existait en effet jusqu’alors qu’une édition du syriaque (sans apparat) par Paul Bedjan dans les Acta Martyrum et Sanctorum syriace VII, 1897, et 7 ans plus tard par Ernest A. W. Budge, The Book of Paradise, avec traduction anglaise. L’A. signale que les citations relevées dans les manuscrits du Commentaire sur le Paradis des Pères divergent souvent de ces deux éditions.

7Signalons aussi deux Appendices (I, p. 475-483, p. 484-497) : une table des Logia commentés avec tableaux comparatifs ; une présentation des textes divergents dans l’Épitomé avec en regard le texte syriaque. Précisons que la carte des monastères au VIe-VIIe s. (p. 498) reprend en fait (en introduisant d’ailleurs une erreur pour l’ethnonyme : Beth Qatraya pour Beth Qatraye) celle que j’ai publiée dans Le monachisme syriaque (Études syriaques 7), Paris : Geuthner, 2010, carte 3.

8Il faut remercier l’A. qui, par un travail de recherche considérable, nous ouvre l’accès à un ouvrage majeur de la spiritualité monastique et ascétique de l’Église d’Orient. Nul doute que cet ensemble restera longtemps une étude de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Jullien, « David Phillips. Dadishoʿ Qatraya, Commentaire sur le Paradis des Pères »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 45 | 2023, document 8, mis en ligne le 30 décembre 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/56727 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56727

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search