Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 446. Religions (sauf Islam)6.3. Autres religionsRalph Barczok. Die Vita des Josef...

6. Religions (sauf Islam)
6.3. Autres religions
31

Ralph Barczok. Die Vita des Josef Busnāyā: Eine historische Quelle des Nordiraks des 10. Jahrhunderts

Florence Jullien
Référence(s) :

Ralph Barczok. Die Vita des Josef Busnāyā: Eine historische Quelle des Nordiraks des 10. Jahrhunderts, (Schola Nisibina – Beṯ Sefro da-Nṣiḇin 4). Frankfurt am Main : Peter Lang, 2021, 282 p. ISBN : 9783631838273.

Texte intégral

1Ce livre est le fruit d’une thèse de doctorat soutenue en 2018 à l’université de Konstanz. La Vie de Joseph Busnayā rédigée par son disciple Jean bar Kaldūn au Xe siècle est l’une des sources les mieux documentées sur la vie tant matérielle que spirituelle d’un monastère syro-oriental : Bēth-Ṣayyārē, à l’époque du rédacteur. Elle rend compte de l’insertion d’une communauté monastique dans un contexte socio-économique rural, de ses relations d’échanges et du développement de ses activités dans un environnement à la fois chrétien et non chrétien, mais aussi de ses pratiques et de son organisation interne. En dépit de la nature hagiographique du texte, l’A. souligne à raison que le texte offre « un instantané » de sa vie quotidienne dans un contexte multi-ethnique et multi-religieux dans le nord de l’Iraq au Xe siècle.

2Jusqu’à présent, ce texte était accessible grâce à la traduction française qu’en fit Jean-Baptiste Chabot entre 1897 et 1900, publiée en plusieurs livraisons dans la Revue de l’Orient chrétien : « Vie du moine Rabban Youssef Bousnaya, écrite par son disciple Jean Bar Khaldoun, traduite du syriaque et annotée », Revue de l’Orient chrétien II, 1897, p. 357-405 ; IV, 1899, p. 380-415. L’A. établit une histoire de la recherche, en soulignant l’absence d’une édition critique du texte syriaque lui-même. Il faut constater le manque de sources contemporaines à la Vita pour établir une étude comparative et se départir des intentions d’écriture de l’écrivain. L’A. a fait effort pour réunir une bibliographie formée d’historiographies et d’hagiographies d’auteurs qui ont vécu à cette époque et après.

3Il délimite huit sections, la première étant l’introduction elle-même. La seconde est dévolue au texte de la Vita et à la tradition textuelle : après une brève recension des différentes traductions existantes (la plus récente est celle de M. Di Monte qui a publié une monographie sur ce texte en en proposant une traduction en italien : Bar Giovanni di Kaldun: Rabban Busnaya [Vita del monaco Rabban Giuseppe Busnaya] (Scritti monastici 48), Abbazia di Praglia, Teolo, Edizioni Scritti Monastici, 2015, 335 p.), l’A. identifie trois familles principales ; une réflexion est entreprise quant aux modèles de la traduction arabe, et aux fragments d’une tradition indienne ; enfin une présentation des témoins manuscrits de ce texte est effectuée. Une rubrique s’attache à mieux cerner l’auteur du document, puis sa structure – à la fois tašʿīthā, histoire monastique, et traité pratique, dans une perspective qui reste somme toute hagiographique – objet d’une nécessaire mise à distance. L’A. dépeint ensuite l’environnement historique de la Vita d’une part, c’est-à-dire l’arrière-fond socio-politique et économique à un moment d’instabilité et de déclin des centres urbains lorsque se désintègre le califat ʿabbasside ; et d’autre part le contexte religieux de la réforme monastique initiée par Abraham de Kashkar, prisme qui permet de comprendre le cadre culturel et spirituel de l’œuvre.

4La troisième partie a pour objet la présentation de trois monastères décrits dans la Vita, dont celui de Rabban Hormizd, dans leur espace historique et géographique mais aussi leur aspect architectural (sur la distinction entre ʿumrā et dayrā, voir déjà « Forms of the Religious Life and Syriac Monasticism », dans D. King [ed.], The Syriac World, Cambridge : Routledge, 2019, p. 97).

5Le chapitre 4 traite de la vie des moines à Bēth-Ṣayyārē : l’histoire contient nombre de détails sur le quotidien depuis les premières années, la vie en cellule, le déroulement des journées, les pratiques ascétiques comme le jeûne, les relations avec l’Abba et les Anciens, ou le rapport aux femmes.

6L’objet du chapitre 5 est la question de la formation en interne, du contenu des lectures par exemple tel que le présente bar Kaldūn, et des mobilités académiques.

7Puis vient la section 6 organisée sur l’environnement régional et ecclésial du monastère dans le contexte d’un réseau inter-monastique où les enseignants jouent un rôle moteur.

8Le chapitre 7 est consacré à une description de la vie économique du monastère conçu comme une entreprise agricole. À travers les quelques notations laissées par Kaldūn sur la nature du travail et la répartition des temps de la journée, deux sources de revenus y sont perceptibles : le travail aux champs, et les bénéfices tirés des mouvements de pèlerinage. Les analyses socio-économiques menées sur le monastère de Bēth-ʿAbē à partir des données de Thomas de Marga dans son historia monastica (ante 840) par Cynthia J. Villagomez peuvent être éclairantes dans le prisme d’une étude sur les évolutions, les permanences et les ruptures structurelles (« The Fields, Flocks, and Finances of Monks : Economic Life at Nestorian Monasteries, 500-850 », Dissertation on Medieval or Renaissance Topics, 1998, University of California, Los Angeles ; C. Villagomez & Michael Morony, « Ecclesiastical Wealth in the East Syrian Church from Late Antiquity to Early Islam », dans G. J. Reinink, A.C. Klugkist [éds], After Bardaisan. Studies on continuity and change in Syriac Christianity in honour of Professor Han J. W. Drijvers, [Orientalia Lovaniensia Analecta 89], Louvain, 1999, p. 303-316).

9Le chapitre suivant aborde la question de l’environnement du monastère et des relations extérieures de la communauté monastique avec les populations voisines. L’A. dresse une liste intéressante d’ethnonymes dont il propose une identification : Kartwāyē, Ṭayyāyē, Taʿēlwāyē, Harzdāyē. Le mot « kurde » est analysé dans son acception ethonymique mais aussi en tant que terme générique, ce que la Chronique de Séert a conservé à propos de l’histoire de Rabban Shabuhr en Bēth-Huzāyē (F. Jullien « Rabban-Šāpūr, un monastère au rayonnement exceptionnel. La réforme d’Abraham de Kaškar dans le Bēth-Hūzāyē », Orientalia Christiana Periodica 72, 2006, p. 333-348). Tel est aussi le cas pour la désignation syr. ḥanpē, « païens », qui peut être attribuée à toute confession non chrétienne (on le trouve couramment employé à l’endroit des zoroastriens dans les martyrologies syriaques par exemple). Par son rayonnement spirituel et économique, le monastère est un lieu d’action tourné vers la mission, et de rencontres multi-religieuses. Il eut été intéressant de confronter cet aspect avec les pratiques rituelles mixtes qu’on trouve dans certaines sources hagiographiques médiévales.

10Suivent une liste des abréviations utilisées et un index des manuscrits ; un index général eut été utile. Une bibliographie vient clore l’ensemble. L’A. prépare une édition digitale (Goethe-University, Frankfurt-am-Main) de ce texte particulièrement important pour l’étude des practica monastiques en milieu syriaque oriental et à présent contextualisé par cette étude qui s’impose désormais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Jullien, « Ralph Barczok. Die Vita des Josef Busnāyā: Eine historische Quelle des Nordiraks des 10. Jahrhunderts »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 44 | 2022, document 31, mis en ligne le 30 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/56792 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.56792

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search