Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 273. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...Decade. A Decade of Archaeology a...

68

Decade. A Decade of Archaeology and History in the Lebanon (1995-2004). Beyrouth, 591 p., nombreuses illustrations, la plupart en couleur.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Texte intégral

1Cette magnifique publication est composée de différents articles sur l’histoire du Liban révélée par les fouilles d’après guerre. La période qui nous intéresse est présente à Tyr, Sidon, Bustan aš-Šaykh près de Sidon, Beirut et Byblos.

2Maria Eugenia Aubet, « The Tyre-Al Bass Necropolis » (pp. 16-27) décrit son nouveau projet 2002 sur les nécropoles, où l’époque perse est représentée par de la céramique attique et des amphores (p. 25). Claude Doumet-Serhal donne un aperçu utile sur la topographie de Sidon (pp. 100-107). Plusieurs articles parlent de familles libanaises qui jouèrent un rôle fondamental dans l’approvisionnement du Louvre et par là dans la création d’un département d’art phénicien. Elisabeth Fontan nous parle des Farah : « une famille du Liban qui a enrichi le Musée du Louvre » (pp. 50-55). C’est par cette famille de Tyr que la statue de Baalshillem fit le chemin de Umm el-Awamid à Paris. Michel Klat s’attache à « The Durighello Family » (pp. 180-191). Cette famille, d’origine vénitienne, partit à Alep dès la fin du 18e s. pour y faire du commerce et finit par s’établir à Sidon, où de nombreux membres avaient des charges consulaires pour la France. C’est à Alphonse Durighello que le Musée du Louvre doit le sarcophage d’Eschmunazar (II) et de nombreux sarcophages anthropoïdes, sujet sur lequel s’étend E. Fontan, « Les Durighello : une famille du Liban qui a enrichi le Musée du Louvre » (pp. 192-201). Rolf Stucky, « Éléments de construction » (pp. 212-223) reprend son thème de prédilection sur la reconstitution du sanctuaire d’Ešmoun à Bustan aš-Šaykh. Il propose la reconstruction d’un chapiteau à quatre griffons ailés ainsi que la reconstruction d’une colonne pour laquelle il combine une base bien connue à décor floral et un chapiteau à protomés de taureaux. Parmi les fouilles entreprises dans le Beyrouth détruit, la période achéménide est évidemment représentée par de l’architecture ainsi que par de la céramique locale et d’importation grecque. C’est le sujet de Hans H. Curvers et Barbara Stuart, dans « Beirut Archaeology Project » (pp. 249-265). Philippe Marquis enfin nous propose des cartes d’occupation qui vont de 2500 av. J.-C. à 1600 ap. J.-C. (« Les fouilles du centre-ville », pp. 266-279).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. « Decade. A Decade of Archaeology and History in the Lebanon (1995-2004). Beyrouth, 591 p., nombreuses illustrations, la plupart en couleur. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 68, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5694

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search