Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 273. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...« The ‘ghost marriage’ in Zoroast...

83
J. Jany

« The ‘ghost marriage’ in Zoroastrian law ». Transeuphratène, 28 (2004), pp. 117-131.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Entrées d’index

Rubriques :

3.2.1. Elam
Haut de page

Texte intégral

1L’A. analyse les formes maritales iraniennes de l’époque sassanide et les relie à des formes semblables que nous connaissons en Inde grâce aux codes de Manu et chez les Nouers africains. Commune aux trois cultures est l’idée qu’un homme qui meurt sans héritier légitime cause du dommage social et religieux. Le mariage ne finissant pas avec la mort de la personne mariée, les parents les plus proches du défunt (veuve, fille, fils, parents du père), des gens définis par le testament de la personne défunte ou encore des personnes choisies par le clergé zoroastrien s’engageront par l’intermédiaire du mariage “čagar” à produire un héritier au défunt. Si l’enfant est un garçon, il hérite de tout ; si c’est une fille, il faut qu’à son tour elle mette au monde un héritier mâle. Cette obligation pouvait être reconduite de génération en génération jusqu’à la naissance d’un héritier mâle. E. Evan-Pritchard fut le premier à analyser cette forme de mariage en Afrique et lui donna le nom de “ghost marriage”. La forme la plus évoluée est celle de l'éoque sassanide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. J. Jany, « « The ‘ghost marriage’ in Zoroastrian law ». Transeuphratène, 28 (2004), pp. 117-131. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 83, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5723

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search