Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 273. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...Excavations at Tepe Yahya, Iran 1...

92
P. Magee

Excavations at Tepe Yahya, Iran 1967-1975. The Iron Age Settlement. C. C. Lamberg-Karlovsky, ed., (= American School of Prehistoric Research Bulletin 46. Peabody Museum of Archaeology and Ethnology. Harvard University), Cambridge, 2004, 92 p., fig., tabs.

Compte-rendu réalisé par Rémy Boucharlat

Entrées d’index

Rubriques :

3.2.1. Elam
Haut de page

Texte intégral

1Voici le quatrième volume de la publication des fouilles de Tepe Yahya (les trois premiers sortent du champ de la revue). Le directeur C. C. Lamberg-Karlovsky a confié celui-ci à l’A. qui n’a pas participé aux travaux, mais qui s’est spécialisé dans l’étude de l’âge du Fer, principalement sur l’autre rive du golfe Persique, aux Émirats Arabes Unis. PM a dû traiter de résultats sans disposer de vraies archives de fouilles, du fait de la défaillance du responsable d’alors. Le mérite d’avoir réussi à produire une publication organisée lui revient. Le livre est organisé de manière classique : présentation de la stratigraphie et des modestes vestiges, analyse de la céramique et de sa composition, périodisation des structures et du matériel en deux grands ensembles, chacun subdivisé à leur tour en deux phases, chronologie de celles-ci entre 800 et 250 avant J.-C., enfin réflexions sur Tepe Yahya et sur le sud-est de l’Iran durant cette période.

2Parmi les thèmes abordés dans ce dernier chapitre, l’A. souligne que l’interruption de l’occupation de Tepe Yahya à la fin du 2e et au début du 1er mill. av. J.-C. coïncide avec l’absence quasi totale de peuplement visible de toute la région frontière indo-iranienne, un phénomène que les interprétations socio-économiques ou climatiques n’expliquent pas de manière satisfaisante. Il revient par ailleurs sur deux plateformes successives de quelques mètres de côté et sans grande épaisseur (cette imprécision est due à l’absence de relevés et de description, les archives ne contenant que des photos) qu’il date du 6e s. Il les compare aux terrasses de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en Iran, Afghanistan et sud de l’Asie centrale, mais ces modestes structures sont sans commune mesure avec les grandes constructions en question ; elles sont pourtant l’objet d’une surinterprétation déjà donnée par l’auteur et le directeur du projet (cf. Abs. Ir. 22 (1999), c.r. nos 146-150), des ouvrages marquant un pouvoir local auquel aurait mis fin la remise en ordre de l’empire perse par Darius. Dans la céramique, on relève d’intéressantes comparaisons avec certaines catégories de sites de la rive arabe du Golfe, surtout la péninsule d’Oman. Une au moins semble originaire de la région de Tepe Yahya et exportée de l’autre côté du golfe Persique, où elle apparaît d’ailleurs plus tard qu’à Tepe Yahya. En revanche quelques formes renvoient aux régions orientales et centre-asiatiques. Relativement isolé à l’âge du Fer, Tepe Yahya entre dans un mouvement de relations interrégionales qui caractériserait l’époque achéménide. Pourtant, l’A. signale lui-même que des fossiles directeurs illustrant ces relations apparaissent, certes en faible quantité, avant l’époque achéménide. L’explication qu’il donne – la non-correspondance précise des niveaux avec la date des faits historiques – est l’une seulement des interprétations ; on peut aussi bien séparer les faits archéologiques des faits historiques eux-mêmes et supposer que les relations interrégionales que montre le matériel n’ont pas attendu la constitution de l’empire perse organisé : l’histoire de l’Iran au 7e et début 6e s. (et avant) reste très obscure. L’empire a probablement donné un nouvel élan à ces échanges, sans que ceux-ci passent obligatoirement par le centre, écrit l’A. dans ses conclusions.

3L’A. a tiré le maximum d’informations qui sont, somme toute, réduites. Les interprétations sont parfois poussées trop loin, mais c’est la règle du jeu dans les conclusions des publications de fouilles. Il reste que Tepe Yahya à l’âge du Fer est une heureuse exception dans le vide de la recherche dans le Sud-Ouest de l’Iran à cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Boucharlat. P. Magee, « Excavations at Tepe Yahya, Iran 1967-1975. The Iron Age Settlement. C. C. Lamberg-Karlovsky, ed., (= American School of Prehistoric Research Bulletin 46. Peabody Museum of Archaeology and Ethnology. Harvard University), Cambridge, 2004, 92 p., fig., tabs. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 92, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5741

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search