Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 273. Histoire, Art et Archéologie, ...3.2. Ouest de l’Iran3.2.2. Pré-Achéménides et Achémén...« Copper Sheathing and Painting w...

107
Robert R. Stieglitz

« Copper Sheathing and Painting with Orpiment at Elephantine Island (Fifth Century B.C.E.) ». BASOR, 336 (2004), pp. 31-35.

Compte-rendu réalisé par Astrid Nunn

Entrées d’index

Rubriques :

3.2.1. Elam
Haut de page

Texte intégral

1La technique du doublage avec du cuivre (en anglais sheathing ou coppering) est utilisée pour réparer les bateaux et consiste à clouer de minces feuilles de cuivre sur l’extérieur d’une coque en bois. Elle est attestée pour la première fois sur des épaves du 2e s. av. J.-C. L’A. donne des exemples de cette technique appliquée à des objets qui ne sont pas des bateaux. L’exemple le plus ancien qu’il cite est néo-babylonien. Le clouage de feuilles de cuivre sur un noyau de bois est évidemment bien plus ancien puisque les animaux du temple sumérien de Tell el-Obeid qui datent de 2500 av. J.-C. ou les lions de Mari du début du second millénaire ont été exécutés ainsi. Cette même technique existe avec des feuilles de plomb. L’épave la plus ancienne est étrusque et remonte à 600 av. J.-C. En ce qui concerne les textes, un papyrus d’Éléphantine mentionne du bois de cèdre, de cornouiller (?), des centaines de clous et des ouvriers originaires de Carie, d’Ionie ou de Phénicie.

2L’usage d’orpiment (sulfure jaune d’arsenic, nom grec mais d’origine perse) dans la peinture encaustique (où l’on emploie des couleurs délayées dans de la cire fondue) pour des coques de bateaux est attesté chez Pline. Des restes furent retrouvés dans une amphore de l’épave de Ulu Burun (14e s. av. J.-C.). Cette couleur servait de protection (« anti-fouling »). Le même papyrus d’Éléphantine cite de la filasse et de la toile, des poutres de cèdres et des clous, du sulfure ou du bitume et de l’orpiment. Le bitume était utilisé pour goudronner la toile, qui était placée entre les feuilles de cuivre et la coque.

3Doublage et orpiment apparaissent donc dans un papyrus d’Éléphantine qui date de 411 av. J.-C. et qui traite de la réparation de bateaux. Ces techniques sont alors déjà anciennes mais c’est la première fois qu’elles sont attestées dans la construction navale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Nunn. Robert R. Stieglitz, « « Copper Sheathing and Painting with Orpiment at Elephantine Island (Fifth Century B.C.E.) ». BASOR, 336 (2004), pp. 31-35. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 107, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5780

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search