Navigation – Plan du site
145
Christopher Atwood

« Validation by Holiness or Sovereignty: Religious Toleration as Political Theology in the Mongol World Empire of the Thirteenth Century ». The International History Review, (2004), pp. 237-246.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

Edward Gibbon
Haut de page

Texte intégral

1Depuis Edward Gibbon (Decline and Fall of the Roman Empire, 1776-1778, réimpr. à New York en 1977, vol. III, pp. 625-626), on a souvent mis l’accent sur la tolérance religieuse des Mongols. Dans cet article, l’auteur discute de cette théorie de la tolérance comme d’une « Political Theology » mise à l’œuvre dans l’Empire mongol au 13e s. Il s’appuie en particulier sur les correspondances envoyées par les Mongols à l’Occident latin, ainsi que sur différents décrets émis par les grands khans, décrets qui nous sont conservés dans différentes langues et en particulier en chinois.

2Cette étude relativise considérablement l’idée d’une tolérance religieuse chez les Mongols. En effet, on pourrait parler de manière plus appropriée de pragmatisme religieux. L’A. constate que les chefs (ou les représentants) de seulement quatre religions sont favorisés d’exemption de taxes : les prêtres chrétiens, les savants en sciences religieuses musulmans, les moines bouddhistes et les autorités taoïstes. Il n’est pratiquement jamais fait allusion, dans un sens de protection, au chamane (bö’e), le représentant de la religion native des Mongols, le chamanisme. Aucun document ne met sur le même plan les chamanes, pourtant nombreux à la cour du grand khan comme à celle de Tabriz, avec les membres ayant autorité sur les autres communautés religieuses. Les chamanes étaient considérés en fonction des « services rendus », à savoir guérison, prédiction, etc. La position de chamane dépendait d’ailleurs des résultats obtenus auprès des esprits. Il ne lui était pas toléré d’intervenir dans les affaires de l’Etat. Les cadres des autres religions, en revanche, étaient considérés comme des intermédiaires entre les autorités mongoles et les différentes communautés de l’Empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Christopher Atwood, « « Validation by Holiness or Sovereignty: Religious Toleration as Political Theology in the Mongol World Empire of the Thirteenth Century ». The International History Review, (2004), pp. 237-246. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 145, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5889

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page