Navigation – Plan du site
146
Shira Bira

« Mongolian Tenggerism and Modern Globalism. A Retrospective Outlook on Globalisation. A Lecture Given at the Royal Asiatic Society on 10 October 2002. By Sh. Bira on the Occasion of His Receiving the Denis Sinor Medal ». Journal of the Royal Asiatic Society, vol. 14/1 (2004), pp. 3-12.

Compte-rendu réalisé par Denise Aigle

Entrées d’index

Auteurs mentionnés :

J. Fathi-Chelhod, Thomas T. Allsen
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, l’A. discute le concept de « tenggerism », une notion importante de l’idéologie mongole de la conquête au 13e s. Il écrit (p. 3) : « Selon le chamanisme, Tenggeri est quelque chose comme Dieu, seul représentant masculin du pouvoir suprême dans l’univers, dirigeant tout phénomène social et culturel ». L’A. recherche des concepts similaires dans les systèmes de représentations des cultures avec lesquelles les Mongols ont été en contact. Le « tenggerism » des Mongols serait ainsi une synthèse des théories symboliques des nomades de la steppe, comme la bonne fortune (qut) des Turks, dans le confucianisme chinois (tien-min) et des théories irano-manichéennes (le farnah, d’une part, et la théorie de la lumière, d’autre part). Il faut cependant relativiser ces rapprochements. En effet, la notion gengiskhanide de suu (bonne fortune) diffère du turk qut, du vieux perse farnah et du concept qui, chez les Chinois, fait de l’empereur le fils du ciel (t’ien tseu). Cependant, les contacts étroits entre les civilisations mongoles et chinoises permettent de supposer que les Mongols ont en grande partie hérité du modèle chinois impérial.

2L’A. s’appuie sur différentes sources, en particulier les lettres adressées par les grands khans et les Ilkhans à l’Occident latin, ainsi que sur différentes sources latines (Guillaume de Rubrouck), islamiques et chrétiennes orientales comme Bar Hebraeus. Relevons une erreur souvent commise (p. 8) : Bar Hebraeus n’était pas juif mais chef de l’Eglise syriaque jacobite orientale (voir J. Fathi-Chelhod, « L’origine du nom de Bar ‘Ebroyo : Une vieille histoire d’homonymes », Hugoye Journal of Syriac Studies, vol. 4/1 (2001) [Internet]). Il est dommage que ces différentes sources ne soient pas situées dans leur contexte historique car le concept de tenggeri a fortement évolué entre l’époque de Gengis Khan et celle de ses successeurs.

3En conclusion, l’A. présente le « tenggerism » comme le prélude à une « globalisation » du monde, regrettant que la plupart des chercheurs aient toujours mis l’accent sur les aspects destructeurs des conquêtes plutôt que sur les réelles et objectives conséquences de la création de l’Empire mongol. Il faut souligner que cette conclusion s’inscrit en faux par rapport à la production scientifique des deux dernières décennies qui, au contraire, dans la plupart des cas a mis l’accent sur les aspects positifs de cet empire (voir en particulier tous les travaux de Thomas T. Allsen, Commodity and Exchange in the Mongol Empire: A Cultural History of Islamic Textiles, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 ; id., « Ever Closer Encounters: the Appropriation of Culture and the Apportionment of Peoples in the Mongol Empire », Journal of Early Modern History, vol. 1 (1997), pp. 2-23 ; id., Culture and Conquest in Mongol Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Aigle. Shira Bira, « « Mongolian Tenggerism and Modern Globalism. A Retrospective Outlook on Globalisation. A Lecture Given at the Royal Asiatic Society on 10 October 2002. By Sh. Bira on the Occasion of His Receiving the Denis Sinor Medal ». Journal of the Royal Asiatic Society, vol. 14/1 (2004), pp. 3-12. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 146, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5892

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page