Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 274. Histoire, Période Musulmane4.1. Histoire médiévaleBošrā Delrīš, Allāhyār Ḫal‘atbarī...

4. Histoire, Période Musulmane
4.1. Histoire médiévale
152

Bošrā Delrīš, Allāhyār Ḫal‘atbarī. Kārkard-hā va naqš-e siyāsī va ejtemā‘ī qelā‘ dar tārīḫ-e miyāne-ye Īrān. Tehrān, Dānešgāh Šahīd Beheštī, 1382/2004, 110 p. [Fonctions et rôle politique et social des forteresses dans l’Iran médiéval]

David Durand-Guédy

Entrées d’index

noms/names :

Isfahān
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre est consacré aux forteresses de l’Iran médiéval, plus précisément durant les périodes buyide/samanide, saljuqide et ilkhanide (9e-14e s.). Après un chapitre préliminaire évoquant les origines mythiques prêtées à la plupart des forteresses iraniennes, l’étude évoque dans l’ordre : la localisation des forteresses et la logistique nécessaire (eau, provision) pour leur bon fonctionnement ; les différentes fonctions des forteresses (prison, centre du pouvoir, chambre forte, refuge pour les populations) ; les techniques de poliorcétique médiévale ; enfin, l’organisation administrative des forteresses. La matière des différents chapitres est constituée d’informations compilées à partir de sources uniquement textuelles, principalement la géographie classique et les chroniques historiques, épisodiquement les sources poétiques. L’intérêt du chapitre 4 (« defā‘ az qelā‘ ») est douteux (il répète ce qui a été dit auparavant). L’insertion de cartes et d’un index aurait été les bienvenues pour faciliter l’utilisation de cette somme d’informations. Plus grave, la bibliographie secondaire sur le sujet est largement ignorée, aussi bien celle en langue occidentale que celle en persan (par ex. aucun des deux ouvrages consacrés à la citadelle d’Iṣfahān – Šāhdīz – n’est cité). De même, aucune référence n’est faite aux données archéologiques. D’une certaine manière, cette compilation de données livresques traduit bien le désintérêt total dont souffre l’archéologie islamique dans l’Iran d’aujourd’hui, surtout l’architecture dite « civile » (palais, forteresses). Sans aller bien loin de Téhéran, le sort dramatique de la citadelle de Rayy est à cet égard exemplaire : le site, furtivement fouillé dans les années 30, est aujourd’hui à l’abandon, isolé entre une cimenterie et des entrepôts. Dans ce domaine, tout reste donc à faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy, « Bošrā Delrīš, Allāhyār Ḫal‘atbarī. Kārkard-hā va naqš-e siyāsī va ejtemā‘ī qelā‘ dar tārīḫ-e miyāne-ye Īrān. Tehrān, Dānešgāh Šahīd Beheštī, 1382/2004, 110 p. [Fonctions et rôle politique et social des forteresses dans l’Iran médiéval] »Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 152, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5910

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search