Navigation – Plan du site
154
A. H. Morton

The Saljuqnama of Ẓahir al-Din Nishapuri. A critical text making use of the unique manuscript in the Library of the Royal Asiatic Society. E. J. W. Gibb Memorial Trust, Antony Rowe (GB), 2004, 136 p.+63 p. (introduction), index.

Compte-rendu réalisé par David Durand-Guédy

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comme l’avait remarqué Claude Cahen, les principaux textes sur la dynastie saljuqide (1038-1194) furent composés quand celle-ci était proche de son terme. L’une des sources les plus importantes est sans aucun doute la chronique que Ẓahīr al-Dīn Nīšāpūrī rédigea sous le règne du dernier sultan Toġril b. Arslān. Elle fut ensuite recopiée plus ou moins fidèlement par toute l’historiographie persane tardive (Rāvandī, Juwaynī, Rašīd al-Dīn, Mīrḫvānd,…), mais jusqu’à ce jour, le texte original de Ẓahīr al-Dīn (que l’on désigna plus tard sous le nom de Saljūq-nāme) était resté inaccessible. Les chercheurs se disputaient pour savoir laquelle des versions qui nous étaient parvenues était la plus fidèle : celle de Rāvandī (thèse de Browne, Qazwīnī et Iqbāl), celle de Kāšānī (thèse d’Ismā‘īl Afšār, qui publia ce texte sous le nom abusif de Saljūq-nāme) ou celle de Rašīd al-Dīn Faḍl Allāh (thèse d’Atesh et Luther).

2Le présent ouvrage vient mettre un point final à cette longue querelle historiographique, tout en proposant aux chercheurs une reconstruction du texte de Ẓahīr al-Dīn. En effet, grâce à une indication de Dānešpažūh, Morton a pu identifier dans la bibliothèque de la Royal Asiatic Society un manuscrit de 12 fol. datant du 15e s. contenant sans doute possible une copie du Saljūq-nāme. Dans une longue et magistrale introduction, il évalue à l’aune de cette découverte les autres versions (ce qu’il appelle « the indirect tradition » pp. 9-36) et prouve que la version de Rāvandī était bien la plus proche de l’original. Dans un second temps, il explique précisément comment il s’y est pris pour établir la présente édition en comparant le manuscrit unicum de la Royal Asiatic Society avec les versions de la « tradition indirecte » (pp. 37-45).

3Le résultat est remarquable. Les erreurs et les extrapolations qui truffaient les versions de Rāvandī et de Kāšānī ont disparu. L’appareil critique de Morton est irréprochable. Les variantes occupent entre un quart et la moitié de chaque page, et le texte édité est suivi par un index (personnages et lieux), un glossaire des termes techniques et enfin une liste des particularités orthographiques du manuscrit et des conventions utilisées pour la présente édition. On pourra simplement regretter que Morton n’ait pas jugé nécessaire de numéroter les lignes de son édition, ce qui aurait grandement facilité les références précises au texte. Cette édition devrait ouvrir de nouvelles perspectives dans les études sur l’Iran saljuqide, et à ce titre, elle constitue un événement à saluer avec enthousiasme. C.r. détaillé dans Studia Iranica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Durand-Guédy. A. H. Morton, « The Saljuqnama of Ẓahir al-Din Nishapuri. A critical text making use of the unique manuscript in the Library of the Royal Asiatic Society. E. J. W. Gibb Memorial Trust, Antony Rowe (GB), 2004, 136 p.+63 p. (introduction), index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 154, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5914

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page