Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 274. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.1. Safavides et Qâjârs« Between Sympathy and Enmity: Ni...

185
Rudi Matthee

« Between Sympathy and Enmity: Nineteenth-Century Iranian Views of the British and the Russians », in : Beate Eschment & Hans Harder, eds., Looking at the Coloniser. Cross-Cultural Perceptions in Central Asia and the Caucasus, Bengal, and Related Areas. Mitteilungen zur Sozial- und Kultur-Geschichte der islamischen Welt, 14, Wiesbaden, Ergon Verlag, 2004, pp. 311-338.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

noms/names :

Qājārs

Auteurs mentionnés :

Beate Eschment, Hans Harder
Haut de page

Texte intégral

1Les relations de l’Iran avec les empires britannique et russe ont été marquées d’une certaine ambiguïté car le pays n’a jamais été formellement colonisé par aucun de ces deux pouvoirs. L’article est consacré aux perceptions et regards, aussi bien populaires qu’officiels, que l’Iran qajar porte sur ces deux puissances avec lesquelles il est en interaction tout au long du 19e s. L’analyse des sources européennes, mais aussi quelques sources persanes de la fin du 18e et le début du 19e s. (en commençant par les récits de voyage des Iraniens en Inde), montre un éventail d’attitudes et de jugements existant au même moment, et leur évolution durant l’époque qajare. L’Empire britannique était généralement perçu avec un mélange d’admiration pour le pouvoir de l’Empire et de suspicion quant aux véritables motifs de ses actions, attitude qui aboutissait le plus souvent en un traitement bienveillant des Britanniques en tant qu’individus et qui ne se chargea de nuances négatives que très tardivement. Au contraire, le regard porté sur la Russie était au départ très négatif, à la suite notamment des guerres russo-iraniennes du 19e s. ; malgré cela, l’image de la Russie comme pays en voie de rattraper les puissances occidentales et, par ailleurs, fortement militarisé, en fit également une sorte de modèle (remplacé plus tard par le Japon). L’A. souligne la non-validité des interprétations marquées par un anachronisme qui se plaisent, par exemple, à faire remonter à l’époque safavide les interventions britanniques dans les affaires iraniennes. Aussi, il rejette clairement les théories de la “conspiration étrangère” répandues parmi certains chercheurs modernes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Rudi Matthee, « « Between Sympathy and Enmity: Nineteenth-Century Iranian Views of the British and the Russians », in : Beate Eschment & Hans Harder, eds., Looking at the Coloniser. Cross-Cultural Perceptions in Central Asia and the Caucasus, Bengal, and Related Areas. Mitteilungen zur Sozial- und Kultur-Geschichte der islamischen Welt, 14, Wiesbaden, Ergon Verlag, 2004, pp. 311-338. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 185, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/5984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.5984

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search