Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 274. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.2. Asie centraleThe Life of ‘Alimqul. A Native Ch...

199
Timur K. Beisembiev

The Life of ‘Alimqul. A Native Chronicle of Nineteenth Century Central Asia. Londres – New York, RoutledgeCurzon, 2003, XIV-116-LXXXIII-196-LIX p.

Compte-rendu réalisé par Alexandre Papas

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le Tā’rīkh-i ‘Ālimqul-i amīr-i lashkar attribué à Mullā Muhammad Yūnus Jān Tāshkandī – ici édité, annoté, présenté et traduit (en anglais) de façon impeccable par Timur Beisembiev – est une source importante pour l’histoire de l’Asie centrale de la fin du 19e s. Confrontée à des chroniques turkī contemporaines comme le Tā’rīkh-i Amniyyat et le Tā’rīkh-i Hamidī de Mullā Mūsā Sayrāmī, elle fournit un nouvel éclairage sur les relations du khanat de Kokand avec l’émirat de Ya‘qūb Bey en Kashgarie. Et à cet égard, signalons la parution quasi-simultanée d’un ouvrage qui tire, précisément, sa matière principale de Sayrāmī : il s’agit de Hodong Kim, Holy War in China: the Muslim rebellion and state in Chinese Central Asia, 1864-1877, Stanford, California, Stanford University Press, 2004 (cf. mon c.r. à paraître dans Perspectives Chinoises). Les deux remarques qui vont suivre veulent donc introduire une confrontation historiographique que le hasard éditorial n’a pu permettre, et ce en privilégiant la contribution que représente le Tā’rīkh-i ‘Ālimqul.

21/ Sur la carrière de Ya‘qūb Bey, un mythe disparaît définitivement mais un autre réapparaît : si on trouve la confirmation qu’au moment du siège d’Aq Masjid par les Russes au cours de l’été 1853, Ya‘qūb ne mène aucunement l’action héroïque qu’on a pu lui prêter, en revanche, l’attaque de Tashkent par le général Cherniaev à l’automne 1864 engage une résistance organisée par Ya‘qūb qui fait fuir les armées russes. Plus généralement, le Tā’rīkh-i ‘Ālimqul apporte des précisions sur les années 1853-1863, lesquelles demeurent les plus obscures dans la carrière du futur émir du Turkestan oriental.

32/ S’éclairent, d’autre part, les circonstances et les motivations de l’expédition de Kashgar dirigée par Ya‘qūb Bey et le shaykh naqshbandī Buzurg Khān Töre : fort de son succès à Tashkent, Ya‘qūb fait l’objet des faveurs de ‘Ālimqul qui « pense et rêve à le faire pādishāh » (f. 78a, p. 69). Une autre citation importante que Hodong Kim avait repérée dans le Xinjiang jianshi [Brève histoire du Xinjiang], vol. 2, se trouve en totalité dans le Tā’rīkh-i ‘Ālimqul (f. 78b, p. 70) : elle montre clairement comment le khān de Kokand détermine le rôle que doit jouer chacun des deux chefs charismatiques, le héros militaire d’un côté, le saint soufi de l’autre, dans une expédition qu’il souhaite contrôler de part en part. La suite (qui aboutira à la fondation de l’émirat de Kashgar) sera plus compliquée…

4Ces deux exemples ne font que réaffirmer l’intérêt d’une confrontation du travail de T. Beisembiev avec celui de H. Kim pour une exploitation des sources turciques tardives. Reste donc à la développer et à la rendre réciproque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Papas. Timur K. Beisembiev, « The Life of ‘Alimqul. A Native Chronicle of Nineteenth Century Central Asia. Londres – New York, RoutledgeCurzon, 2003, XIV-116-LXXXIII-196-LIX p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 199, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 05 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6012

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search