Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 274. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.2. Asie centrale« Andizhanskoe vosstanie i ego pr...

202
Aftandil Erkinov

« Andizhanskoe vosstanie i ego predvoditel’ v ocenkax poetov èpoxi ». Vestnik Evrazii / Acta Eurasica, n°1 (20), Moskva, (2003), pp. 111-137. [Jugements des poètes contemporains sur l’insurrection d’Andijân et son meneur]

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La poésie en persan et en ouzbek de la fin du 19e s. se fait parfois l’écho des événements politiques et sociaux contemporains survenus dans les khanats de l’Asie centrale. L’article s’intéresse ici à l’insurrection populaire d’Andijân (vallée du Ferghâna) en 1898, dirigée contre le pouvoir russe impérial et menée par Muhammad-‘Ali Khalifa connu comme Dukchi-Ishân (1852-1898). Événement majeur par le traumatisme qu’elle a causé, cette insurrection divise les historiens en ce qui concerne sa nature : “national-libératrice”, ou bien “fanatique-religieuse”. L’A. étudie une vingtaine de textes poétiques populaires contemporains consacrés à cet événement, qui constituent un cycle de “satires sur Dukchi-Ishân”, ici en langue ouzbèke. C’est une démarche astucieuse que de sonder ces sources littéraires méconnues, pour nuancer ce que nous savons sur l’attitude régionale envers le mouvement de Dukchi-Ishân. Malgré le fait que beaucoup de poètes exprimaient l’opinion des milieux proches du pouvoir en place, donc, en dernier recours, du pouvoir russe, l’A. tente de dégager dans cette production la part de sentiments sinon populaires, au moins émanant des milieux érudits et religieux locaux ; en effet, dans ces cercles, la critique des affiliations politiques et des pratiques religieuses de Dukchi-Ishân semblait également très forte, trouvant son écho, bien évidemment, dans la presse officielle du Turkestan oriental.

2Par ailleurs, cet article apporte quelques informations bio-bibliographiques intéressantes sur dix poètes locaux issus du khanat de Kokand, dont l’A. analyse ici les vers (en plus de plusieurs poèmes anonymes). Certains, comme Muqim (1850-1903) ou Zavki (1853-1921), étaient des témoins directs des événements d’Andijân, d’autres les suivaient de plus loin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Aftandil Erkinov, « « Andizhanskoe vosstanie i ego predvoditel’ v ocenkax poetov èpoxi ». Vestnik Evrazii / Acta Eurasica, n°1 (20), Moskva, (2003), pp. 111-137. [Jugements des poètes contemporains sur l’insurrection d’Andijân et son meneur] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 202, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6017

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search