Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 274. Histoire, Période Musulmane4.2. Histoire du XVe au XIXe siècle4.2.3. Inde musulmane« The Making of a Munshi ». Compa...

210
Muzaffar Alam et Sanjay Subrahmanyam

« The Making of a Munshi ». Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, 24/2 (2004), pp. 61-72.

Compte-rendu réalisé par Maria Szuppe

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Article très intéressant sur la formation et l’étendue des compétences d’un munšī, scribe ou plutôt fonctionnaire d’administration civile, d’après l’exemple de l’Inde moghole, et à partir de sources en persan émanant de représentants de ce groupe professionnel. Des écrits quasi autobiographiques ou à caractère éducatif et moralisateur, par des munšīs moghols, sont étudiés ici, notamment la lettre de Chandrabhan “Brahman” (fin 16e s.) à l’attention de son fils, un apprenti munšī, qui esquisse une sorte de parcours idéal pour devenir un munšī parfait. Par ailleurs, le Taḏkirat al-safar du munšī Nīk Rāy retraçant sous forme d’un récit autobiographique les étapes de l’éducation de cet auteur du 17e s. Plusieurs points d’intérêt se dégagent à la lecture de ce riche article, dont voici les principaux : le caractère éminemment persanophone de l’éducation et de la formation des munšī dans l’Inde moghole ; l’existence d’un vrai groupe professionnel hautement qualifié ayant bâti ses propres traditions ; l’existence de lignées familiales de munšī (comme celle de Nīk Rāy) ; les détails sur leur formation, dès le plus jeune âge, et notamment sur les matières et sur les arts à maîtriser (langue et littérature persanes ; la calligraphie ou plus généralement l’écriture, nevīsandegī ; la comptabilité, siyāq ; l’épistographie, enšā’ ; etc.) ; les précisions sur la nature profondément culturelle de cette formation, avec les titres des ouvrages et des maîtres à étudier : en éthique, en art politique, en comptabilité, en art épistolaire, en histoire et en poésie (impressionnante liste des poètes persans et persanophones). Enfin, l’article montre comment, avec le temps, les Hindous étaient de plus en plus représentés parmi les fonctionnaires de l’administration (étant habituellement issus des castes de brahmanes, de khatri ou de kayasthas) pour devenir majoritaires parmi les munšīs, après l’an 1700 environ. Il en résulta en Inde moghole une véritable fusion des traditions scribales persano-musulmanes et hindoues. Elle aboutit à la création d’une école tout à fait distincte de celles en vigueur en Asie centrale et en Iran, même si toutes trois restent proches. Si, selon les auteurs, le renommé mīr-e munšī Abū’l-Faḍl ‘Allāmī (m. 1602) peut en être considéré comme le “grand idéologue”, c’est certainement les réformes du système éducatif, notamment la sécularisation du cursus de la madrasa par l’empereur Akbar (r. 1556-1605), qui sont à l’origine de l’engouement massif des Hindous pour la langue et littérature persanes, ouvrant la voie à leur entrée progressive dans les services de l’administration impériale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Szuppe. Muzaffar Alam et Sanjay Subrahmanyam, « « The Making of a Munshi ». Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, 24/2 (2004), pp. 61-72. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 210, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6031

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search